Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Santé Naturelle
  •  La Santé Naturelle
  • : Cultiver la Santé Naturelle pour Être et Demeurer Naturellement Sain
  • Contact

La Santé Naturelle

Recherche

Soigner l'âme et le corps


L'on ne peut guérir la partie sans soigner le tout.
L'on ne doit pas soigner le corps séparé de l'âme,
et pour que l'esprit et le corps retrouvent la Santé,
il faut commencer par soigner l'âme.
Car c'est une erreur fondamentale des médecins actuels
de, dès l'abord, séparer l'âme et le corps.

- Platon - 427-347av. J.C - "Les Charmides" -

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 23:47

   Bactérie de l'acné ...

et du mal de dos!

 

C'est maintenant établi: de nombreux maux de dos sont provoqués par une bactérie:... la bactérie de l'acné!

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sante/20130522.OBS0164/le-mal-de-dos-provoque-par-la-bacterie-de-l-acne.html

Cela permet de comprendre pourquoi, ainsi que le dit la Doctoresse Hulda Clark, sans tous les nombreux inconvénients des antibiotiques, le Zapping et le déparasitage sont naturellement efficaces contre de nombreux maux de dos...


Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 15:21

 

ÊTES-VOUS intolérant(e) au lactose?

L’intolérance au lactose et sa connexion avec les salmonelles.

Par l'équipe du Dr. Clark Information Center

 

 

Cher visiteur ou visiteuse de www.drclark.net!,


Pour répondre aux demandes des consommateurs, il y a, de plus en plus, sur le marché, de produits laitiers et de produits non laitiers qui sont «sans lactose».


Beaucoup de gens, aujourd'hui, pensent qu'ils sont intolérants au lactose. Cependant le Dr Clark a déclaré que si vous êtes intolérant(e) au lait, cela ne signifie pas nécessairement pour autant que vous êtes aussi intolérant(e) au lactose.


Selon le Dr Thomas Walser, co-exploitant du magazine suisse "Gesundheitstipp" [«Allégations de santé»], un sujet qui est intolérant au lactose tolère normalement 8 à 10 grammes de lactose par jour et pourra également tolérer beaucoup de fromages affinés tels que le parmesan, l'emmental, le gruyère et les autres fromages qui perdent leur lactose au cours du processus de séchage. La même chose peut être dite à propos du beurre. (Extrait du magazine de santé «Scelgo io» - Avril 2012.)


Une statistique faite par Heike Siemes, testeuse au Synchromètre Dr Clark, sur 133 tests de salive avec l’appareil de test du Dr Clark, le Synchromètre, a abouti à seulement 2,9% d’intolérants au lactose tandis qu’il existe 69,4% de gens présentant une intolérance au lait. Voir son powerpoint de statistiques.


De plus, j'ai lu, dans un livre des années 80, par Hanna Kroeger, que le lactose favorise la flore digestive.


Cette information a titillé ma curiosité, puisque la pensée dominante est tout à fait le contraire.

J'ai surfé sur l'Internet, mais tous les sites ne parlaient que d’«intolérance au lactose».


Cependant, j'ai trouvé deux articles:


L’un sur les volailles, où ils donnaient de faibles concentrations de lactose comme prébiotique dans l'alimentation de la volaille. Cela s’est révélé  avoir un effet positif consistant en une inhibition des bactéries pathogènes. Leur état de santé a été amélioré, avec une diminution des perturbations gastriques, et cela a permis de réduire les salmonelles dans leur tube digestif. Lire l'article entier.


L’autre, un résumé sur Pubmed qui établit que c’est peut-être une mauvaise digestion du lactose qui est en cause et que le lactose devrait être réévalué comme fournisseur potentiel de bactéries productrices d'acide lactique au bénéfice de certaines maladies intestinales inférieures.


Ces articles sont conformes à ce que le Dr Clark a déclaré dans le livre: "La Cure de toutes les Maladies". Le Dr Clark a recherché des bactéries gastriques nocives telles que les salmonelles de façon extensive telle que personne d'autre ne l'a jamais fait.


Je cite directement de son livre:


«Si vous êtes intolérant(e) au lait cela ne signifie pas que vous êtes déficient(e) en lactase, mais {cela signifie plutôt} que vous ne parvenez pas à tuer les salmonelles et les shigelles. Celles-ci, à leur tour, par de fréquentes diarrhées, peuvent vous rendre déficient(e) en lactase.»


«Si votre corps a perdu sa capacité à tuer les salmonelles et les shigelles, tous les antibiotiques, les plantes et les bonnes habitudes intestinales ne peuvent pas vous protéger contre ces bactéries ubiquitaires.»


Comment se fait-il que le corps ait perdu sa capacité à tuer les salmonelles et shigelles?

Le Dr Clark continue ... (je cite):


«C’est une évidence que les antibiotiques courants qui tuent les différentes variétés de streptocoques et de staphylocoques sont les responsables.


Chez la souris, il faut un million de bactéries du genre Salmonella pour commencer une infection. Après leur avoir donné la streptomycine, il n'a fallu que 10 bactéries pour les infecter! De façon similaire, vos intestins sont endommagés après la prise d’antibiotiques et permettent à des quantités même infimes de salmonelles et de shigelles de s'échapper et se multiplier!»


«Après un sérieux combat avec les salmonelles ou les shigelles le corps n'a pas complètement réussi à se débarrasser d’elles. Elles restent cachées quelque part. Quand un nouveau lot de bactéries arrive, bien que très rares, comme dans une cuillère à soupe de lait, les deux sous-genres peuvent s'hybrider et produire une descendance beaucoup plus vigoureuse. C'est ce que l'on appelle la virulence. Vous êtes rendus beaucoup plus malade par davantage de sous-genres de virulentes bactéries. Vous pouvez avoir diarrhées, vomissements, maladies.»


Par conséquent, si vous croyez que vous êtes "intolérant(e) au lactose," faites attention aux  salmonelles et aux shigelles! Vous pourriez être une victime chronique des salmonelles et des shigelles.


Arrivés à ce point, j’aimerais répondre à 4 questions principales:

1. Que sont les salmonelles et les shigelles?

2. Comment viennent-elles dans notre corps?

3. Où se trouvent-elles dans notre corps et qu’y font-elles?

... Et surtout:

4. Comment puis-je m’en débarrasser?

Les réponses à ces questions sont toutes données dans les écrits du Dr Clark:

1. Que sont les salmonelles et les shigelles et qu’est-ce qui les favorise?

Les salmonelles et les shigelles sont des bactéries «entériques» (c’est-à-dire qu’elles vivent dans notre intestin). Le Dr Clark a découvert que la salmonelle est également une bactérie de désintoxication, c'est-à-dire qu'elle est libérée par d'autres agents pathogènes tels que les virus ou les parasites, lorsque ceux-ci sont morts ou sont en train de mourir. Les salmonelles envahissent les virus et les oncovirus. La salmonelle peut causer de la diarrhée, de la constipation, des ballonnements, des nausées, des douleurs, de la fatigue et de la fièvre, mais peut aussi ne présenter aucun symptôme. Les trois variétés communes de salmonelles sont «enteritidis», «paratyphi» et «typhimurium» et sont souvent vues ensemble dans les cas chroniques. Le type «enteriditis» aime aller dans le pancréas de sorte que ses sucs digestifs en sont entravés. Elle peut envahir n'importe quelle partie du corps. Elle exige pour prospérer des métaux, en particulier de l'or, du molybdène et du ruthénium.


La shigella dysenteriae & sonnei peut aussi être libérée par des parasites onchocerca. Elle cause des diarrhées, des dépressions, des nausées, des vomissements, de la fièvre, des vertiges et de sévères maux de tête. Elle peut envahir le système nerveux et procurer de l'irritabilité. Elle ne provoque pas de douleurs. Elle nécessite le métal manganèse et pour prospérer elle requiert également du strontium, de l'or et du nickel.

 

2. Comment entrent-elles dans nos corps?

La shigelle provient de l'intestin et des produits laitiers.


La salmonelle provient de l'intestin ainsi que des aliments comme la viande contaminée, la volaille et les œufs. Elles peuvent être trouvées dans les produits laitiers, les aliments en conserve, les salades et les légumes et les aliments cuits. Également les compléments {alimentaires} et les médicaments peuvent contenir des salmonelles et il s’en trouve aussi sur nos mains.


Les salades et les produits d'origine végétale sont fertilisés avec du fumier contaminé ou de l'eau contaminée ou entrent en contact avec des produits contaminés. Vous pouvez lire comment les agents pathogènes se lient aux feuilles de salade {en cliquant} ici.


Les intoxications alimentaires aux salmonelles provoquent une infection chez environ 20 millions de personnes dans le monde chaque année et sont responsable d'environ 200.000 décès d’êtres humains. La salmonelle infecte les animaux et se fixe aux salades. Des scientifiques britanniques ont découvert que la salmonelle se nourrit de sucre pour survivre. En savoir plus à ce sujet.

3. Où vivent-elles et que font-elles dans nos corps?

Elles peuvent survivre sur les mains et sous les ongles, donc la réinfection par vous-même est la source la plus importante.


Les salmonelles creusent profondément dans la paroi de l'estomac, à l'abri des antibiotiques et de l'acide gastrique, et ne sont pas emportées avec la nourriture. Quand elles envahissent la région proche de la partie supérieure de l'estomac, elles affaiblissent le sphincter œsophagien et la nourriture ne cesse de remonter un tant soit peu.


Un estomac chaud rempli de nourriture avec un pH neutre est tout simplement la condition de culture idéale pour ces bactéries. C'est comme mettre de la levure dans un bol d'eau chaude, avec de la farine et du sucre. En une demi-heure cela déborde. L’indigestion qui commence juste après le repas est probablement due aux salmonelles. Si votre indigestion survient dans la nuit, cela suggère qu’il y a des shigelles, car elles ont eu le temps d'atteindre leur lieu de prédilection, plus loin, vers le bas.

4. Comment se débarrasser des salmonelles et des shigelles?

A. - Améliorer la capacité de l'estomac à produire de l'acide et la capacité du foie à fabriquer de bile. En conséquence, cela signifie faire sortir les toxines hors de l'estomac et  nettoyer le foie. Certaines toxines s'accumulent dans l'estomac, lorsque le foie et les reins ne peuvent pas faire face à l'élimination. L'arsenic est un poison stomacal majeur. Retirez toutes les sources d'arsenic. Le fréon est une autre toxine de l’estomac. Changez pour un réfrigérateur ne contenant pas de fréon. Les métaux des matériaux dentaires tes que mercure, argent, cuivre, thallium, d'abord sont avalés puis atterrissent ensuite dans l'estomac. Nettoyez vos matériaux dentaires. Les toxines que vous inhalez telles que l'amiante, le formaldéhyde, les fibres de verre, sont également respirées et avalées et s'accumulent dans l'estomac. Testez-les et nettoyez votre environnement. Tout estomac peut recouvrer une partie importante de son fonctionnement par le nettoyage. Même si vous regagnez votre tolérance à l'égard de minuscules traces de crasse dans les produits laitiers, ne revenez pas aux produits laitiers non stérilisés.


Les salmonelles et les bacteroides fragilis sont deux bactéries qui peuvent manger la bile et se passer d'oxygène.

B. – Eliminer les salmonelles avec:

- Lugol Iodine 2% : 6 gouttes dans 4 onces d’eau, 4 fois par jour.

2-5 gouttes de Lugol dans un verre d’eau pour se rincer les mains.

 

- Recette pour ôter les salmonelles

 

- Zapping

 

- Stériliser tous les aliments et les boissons à -20° F pendant 24 heures.

Des bactéries mortes ne peuvent pas revivre.


C. – Eliminer les shigelles avec:

- Gouttes de HCl dans l'eau avant les repas.

- Curcuma et 6 gélules de graines de fenouil, 3 fois par jour

- Homéographie: or, nickel, strontium, pour les reins et la lymphe, 3 fois par jour.

- Zapping

- Recette Shigelles - Vous pouvez trouver les recettes pour combattre les salmonelles et les shigelles {en cliquant} ici.


En conclusion, il est intéressant de savoir que les scientifiques de l'Université de Liverpool au Royaume-Uni ont également découvert qu'il est important de se débarrasser des salmonelles, car elles empêchent le système immunitaire du corps de correctement fonctionner. Les scientifiques du Royaume-Uni en coopération avec l'Institut de la Santé Animale ont confirmé la découverte du Dr Clark selon laquelle les salmonelles pénètrent dans des {micro-}organismes tels que les amibes et causent des maladies chez les êtres humains, les animaux et les plantes. Comment ils font cela est expliqué ici.

 

TÉMOIGNAGES

Nous essayons de toujours d’inclure quelques témoignages récents à la fin de chaque mémo. Nous les apprécions sincèrement et je remercie chaque auteur de témoignage.


Et n'oubliez pas: si vous avez connu le succès avec l'approche de la Doctoresse Clark, nous aimons toujours en entendre parler! Cela rend notre journée agréable, nous maintient motivés, et votre expérience motivera et encouragera d'autres personnes avec des expériences similaires.


Remarque: Ces témoignages sont reproduits selon le mode verbatim, tels que reçus de leurs auteurs, sauf pour la correction des fautes de frappe ou pour un raccourcissement en cas de besoin. Ces témoignages ne veulent pas dire que les résultats obtenus seront atteints dans tous les cas ou que ce sont des résultats représentatifs.


Avec les plus cordiales salutations,


L'équipe du Dr. Clark Information Center

 

*************************************************

 

Témoignage:


«Je vous ai écrit auparavant sur la façon dont fonctionne le zappeur. Je l'utilise pour m’aider à me débarrasser d'une infection par mycoplasmes chronique. Comme vous pouvez ou ne pouvez pas vous souvenir, les mycoplasmes sont considérés comme étant l’un des facteurs de la maladie de la guerre du Golfe. J'ai à la fois le SCF et FMS.


Le Dr Garth Nicolson a trouvé, grâce aux tests, que 60 à 70 pour cent des personnes atteintes par ma maladie ont des infections à mycoplasmes chroniques. Ces bactéries étaient bio-ingénierisées pour la guerre bactériologique et ont été combinées avec un virus pour les rendre {encore} plus virulentes. Pour s'en débarrasser, c’est vraiment le diable. Comme les virus furtifs, elles vivent à l'intérieur de nos cellules.


Elles sont vulnérables aux antibiotiques et au zapping, lorsqu’ils tuent leurs cellules hôtesses et émergent dans le sang, à la recherche d’une nouvelle cellule. Je suis aussi une thérapie antibiotique et à base d’argent colloïdal. Cela prendra probablement au moins un an pour mettre cette infection sous contrôle.


Cependant, ce n'est pas pour cela que je vous écris maintenant. J’étais arrivé au point où je ne faisais le zapping que 3-4 fois par semaine au lieu de tous les jours. Samedi, je pensais que j'avais un petit problème avec des symptômes d'infection urinaire. Dimanche, c'était une infection urinaire à part entière. J’ai sorti le zappeur et l'ai utilisé dimanche soir en pensant que je devais appeler mon docteur le lundi. Lundi matin, j'ai, de nouveau, utilisé le zappeur. En milieu de matinée, tous les symptômes de l'infection urinaire avaient disparu. En fin d’après-midi, j'ai eu une crise de guérison, qui s'est poursuivie jusqu’à aujourd'hui. Pourtant, aucun symptôme de l'infection urinaire {n’est revenu}.


Il y a environ deux mois, tous mes voisins avaient d’horribles rhumes qui trainaient. Il était impossible de ne pas être exposé. Chaque fois que je me suis senti tous les symptômes du rhume à venir, j’utilisais le zappeur pour un supplément de 20 minutes en mode manuel et les symptômes disparaissaient. Cela a duré un mois, mais ni moi ni ma mère - qui utilise également le zapper - n’avons jamais été atteints par le rhume.


Je suis modérateur sur un groupe de soutien et, quand je parle de mon zappeur, cela génère toujours beaucoup d'intérêt. J'ai fait une bonne quantité de recherches avant d'acheter mon zappeur. Il y a suffisamment de preuves scientifiques pour appuyer la théorie de la façon dont le zappeur fonctionne. Mon médecin sait que je l'utilise et approuve.


Je suis sur le protocole de Guaifenesin et ne peux pas utiliser les plantes médicinales, ni les nettoyants à base de plantes.


C'est pourquoi je chéris mon zappeur.

"MM"


Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 17:03

 

Sur le site de la Médecine Nouvelle GermaniqueUn cas particulièrement frappant, au cours duquel d'éminents professeurs de la médecine d'école ont essayé - en vain - de piéger le Docteur Hamer...:

 

Extrait d’un cas dans le but de  mettre à l’épreuve 
 la Médecine Nouvelle Germanique. 

Le Professeur Semm de Kiel (Allemagne) demande au Dr Hamer une vérification de la Germanique en lui présentant le cas d’une patiente de 83 ans. C’est le Prof. Grillo son assistant qui accompagne le Dr Hamer dans sa consultation.

Le cas présent est un peu spécial en ce sens qu’il implique une notion de mise à l'épreuve et c'est en se servant de ce cas qu'un représentant de la médecine d'école, le Prof. Semm de Kiel, a pensé pouvoir démontrer l'absurdité de mon système, la médecine nouvelle du Dr Hamer. J’ai appris plus tard, qu’ils avaient prévu de m'évincer de la clinique comme un hérétique fou, couvert de honte.

Le Prof. Semm de KIEL avait lu dans une lettre que m’avait adressé le Prof. Holzmann, collaborateur médical des éditions Thieme, que cette maison ne voulait pas publier mon article sur de la LOI D'AIRAIN DU CANCER, avant de connaître l’avis du Prof. Semm à ce sujet, à savoir s’il me donnait raison.

"Pour l'amour de Dieu", m'a-t-il confié plus tard, "Vous ne pensez tout de même pas que je vais me mettre à dos tous les médecins en vous donnant une attestation disant que vous avez raison ! Si j'avais su dès le début qu'il s'agissait d'une habilitation écrite et quel genre de problèmes tout cela allait me poser, jamais je ne vous aurais permis d'étudier le moindre cas dans la clinique de Hiesinge.

Le Prof. Semm avait reçu une patiente en consultation dans son bureau le lendemain de la lecture de la lettre du Dr. Holzmann. La patiente était professeur émérite en économie, avait 83 ans, souffrait d'un cancer du col de l'utérus III (stade 3), n'avait jamais été mariée, était encore pucelle et vivait seule.

Il lui demanda lors de la consultation, si elle avait été en contact avec un ami ou ne autre personne de sa connaissance. La vieille dame répondit, conformément à la vérité, que non, puis elle ajouta qu'elle vivait toute seule, qu'elle n'avait des querelles ou des conflits avec personne et que, de toute façon, elle n'avait plus d'amis ou connaissances, car tous ceux et celles qu'elle avaient connus étaient décédés depuis au moins dix ans.

Ensuite, le Prof. Semm a dit devant la porte de son bureau à son assistant le Dr Grillo: "Alors, maintenant Hamer devrait consulter la dame et s'entretenir avec elle. Il ne pourra évidemment pas trouver la moindre trace d'un conflit quelconque lui-même. Alors nous lui dirons que tout ce qu'il fait, ce ne sont que des bêtises et on le jettera hors de la clinique. Puis nous aurons réussi à nous défaire de ce « type » une fois pour toutes et d'une manière très élégante. Vous l'attendrez dans le service pendant qu'il s'entretient avec la dame, puis vous lui dites de venir me voir après, que j'ai des choses à lui dire."

Quand je suis arrivé dans le service une heure après, mon collègue Grillo, accompagné d'un de ses collaborateurs, m'a dit - un peu trop aimable - : "Ah, monsieur Hamer, aujourd'hui vous pouvez consulter un patiente d'une caisse privée, le chef de service l'a explicitement autorisé, c'est même quelque chose qu'il désire. Le voulez-vous?

Hamer: Oui, très volontiers, les patientes des caisses privées ont aussi une âme, tout comme celles du public et en principe elles ont les mêmes types de ressentis et de conflits. Comment pourrait-il en être autrement ? De quoi la patiente souffre-t-elle?
 
Grillo: Cancer du col de l’utérus stade III, mais vous n'avez pas le droit de voir le dossier de la patiente, interdiction du chef de service.
Hamer: Ce n'est pas nécessaire, mais alors le diagnostic histologique ne peut qu'être incontestable puisque le stade est si avancé.
 
Grillo: Effectivement, incontestable. Mais maintenant nous allons avant tout clairement nous engager et fixer ce que vous postulez pour un tel cas d'après la "Loi d'airain du cancer".
 
Hamer: D'accord, nous allons faire cela.
 
Grillo: Alors, quand la dame a-t-elle vécu, comme vous dites, le plus grave conflit de sa vie?
 
Hamer: Quand est-ce qu'elle a remarqué les premiers symptômes?
 
Grillo: Fin novembre 81.

Hamer: Et elle ne les a remarqués que quand le cancer était déjà au stade III?

Grillo: Oui.

Hamer: Si la patiente est jeune – ce qui serait un peu étonnant – alors on devrait chercher le conflit en mai ou en juin 80, en fonction de la progression du processus cancéreux. Si par contre elle est plus âgée ou même très âgée, alors le moment de l'événement conflictuel doit dater du début de l'année 80, car chez les personnes âgées ce genre de processus est plus lent.

Grillo: Bon, alors disons début 1980, janvier ou février. Et puisqu'il s'agit d'un carcinome du col de l'utérus, la dame doit avoir vécu une situation conflictuelle à coloration sexuelle, n'est-ce pas?
Hamer: Oui, c'est exact.

Grillo: Bon, je note tout ça très précisément. A votre avis, combien de temps le conflit a-t-il duré?

Hamer: Très probablement toute la période jusqu'à la découverte de la maladie en fin novembre 1981. En ce qui concerne la période après, je ne peux rien dire.

Grillo: D'accord, il n'y a pas de problème, j'ai tout noté à la lettre. Monsieur Hamer, maintenant mon collègue et moi, nous vous souhaitons bonne chance à votre consultation, car la dame est professeur émérite, elle a 83 ans et elle est déjà largement sclérosée intellectuellement, elle est célibataire, elle vit seule, n'a pas d'amis ou autres connaissances, elle est vierge et elle n'a pas eu de conflits les deux dernières années, nous nous en sommes déjà assuré.

Hamer: J'ai remarqué dès le début que vous voulez me tendre un piège, mais j'en rigole, la rigueur du système en rigole et vous ne pouvez pas me piéger. Au contraire même et je vous invite cordialement de m'accompagner chez la dame pour vous éviter de croire à la sorcellerie après coup.

Grillo: Non, ce n'est pas nécessaire, nous pouvons, s'il le fallait, interroger la dame nous-mêmes après, si quelque chose n'était pas claire. Nous préférons vous attendre ici, car nous aurions ensuite à vous donner un message du chef.

Hamer: Oui, et moi je sais déjà de quoi il s'agit. Mais ça me fait rire. Car votre chef semble avoir compris aussi peu que vous, que tout ça n'est pas une invention absurde de Hamer que l'on peut manipuler comme on veut, mais au contraire, qu'il s'agit là d'une loi d'airain, que je ne peux pas plus influencer que vous !Quoi qu'il en soit, vous me garantissez que le diagnostic histologique est vraiment correct?

Grillo: Oui, Parole d'honneur.

Hamer: Bon, alors nous allons tout de suite mettre noir sur blanc autre chose, à savoir : qu'une patiente de 83 ans, qui aurait eu le plus grave conflit de sa vie, il y a exactement 20 à 22 mois: cette probabilité nous pouvons l'estimer à peu près à 1/1000.
 
Grillo:  Oui, d'accord. C'est très improbable, c'est noté.

Hamer: OK, deuxièmement: qu'une patiente de 83 ans, vierge, aurait eu un conflit sexuel à cet âge-là, cette probabilité nous pouvons aussi l'estimer à 1 sur 1000, tout au plus.

Grillo: Exact et même, plutôt moins, quasiment l'équivalent de zéro.

Hamer: D'accord. Alors troisièmement: qu'un conflit dure aussi longtemps chez une femme de cet âge-là, ça ne peut avoir qu'une probabilité de 1/100, plutôt moins.

Grillo:  Oui, d'accord aussi. C'est très improbable. C'est noté.

Hamer: Donc, il doit vous être clair que la probabilité que ces trois choses tellement improbables se soient réalisées en même temps au même point, est inférieure à 1/10.000.000. Vouloir calculer encore d'une manière plus précise n'a pas beaucoup de sens. Donc, disons que parmi 10.000.000 de patientes nous ne pourrions en trouver qu'une seule, au grand maximum, qui répondrait, par le plus grand des hasards, à ces trois critères. Est-ce exact?

Grillo:  C'est exact. Donc, il n'y a pratiquement aucune possibilité.

Hamer: Donc, si maintenant malgré tout – ce qui est absolument inconcevable d'autant plus que vous vous êtes déjà renseignés vous-mêmes – la patiente avait vécu un événement conflictuel de type sexuel au même moment que celui que j'ai postulé et que la durée réelle du conflit correspondrait également à la durée postulée, alors vous auriez certainement la gentillesse de me donner personnellement une attestation dans laquelle vous écrirez que mon système, à savoir la LOI D'AIRAIN DU CANCER, est applicable avec une probabilité de 10.000.000/1 et même mieux, si nous incluons dans le calcul que vous avez au paravent fait le nécessaire pour vous convaincre du contraire.

Grillo: Je peux vous promettre cela en parfaite bonne conscience car cela ne se produira évidemment pas. Il est même 100.000.000 de plus probable que nous vous donnerions ensuite l'information du patron et dont vous avez apparemment déjà une petite idée. 
Hamer: Allez, attendons la suite.


Consultation de la patiente:

La consultation a été très éprouvante pour nous deux. Non pas parce que elle aurait été sclérosée intellectuellement, comme le collègue l'avait présumé, mais parce qu'elle était très introvertie et renfermée, méfiante et peureuse, sur ses gardes afin de ne pas montrer à un inconnu sa vie intérieure, sa façon d'être ouverte à des expériences si riches et différenciées et capable d'un engagement si extraordinairement fort.

J'ai compris immédiatement que, malgré son grand âge, cette patiente comprenait parfaitement bien toutes mes questions et ses réponses furent également exactes et nuancées, au fur et à mesure qu'elle commençait à me faire confiance.

L'histoire est vite racontée:

En 1922, quand la patiente était une jeune étudiante en économie à Aachen, elle a rencontré un jeune enseignant, chez qui elle a d'abord eu sa maîtrise puis son doctorat et avec qui elle a travaillé à l'université d'Aachen jusqu'en 1939. En 1939 elle a eu un poste à Kiel. Là, elle a collaboré avec un autre professeur à l'Institut d'économie. Elle s'entendait très bien avec le professeur à Kiel, qui est décédé en 1969 alors qu'il était très âgé.

Patiente: C'était très triste mais inévitable et pour moi ce n'était pas vraiment tragique, car il y avait le professeur M. à Aachen.

Hamer: Quand est décédé le professeur M. à Aachen?

Patiente: En 1971 à 78 ans, ce fut très dur pour moi.

Hamer: Et cela a été le coup du destin le plus difficile pour vous jusqu'alors?

Patiente: (excitée): Oui, le plus dur, ç'a été terrible pour moi.

Hamer: Vous avez connu votre collègue quand vous étiez jeune étudiante et lui assistant ou jeune enseignant, juste quelques années plus âgé que vous. N'était-il pas, madame, plus qu'un simple collègue pour vous?

Patiente (très excitée): Docteur, vous me posez des questions comme si vous lisiez mon âme à livre ouvert, alors que je n'ai jamais dit un seul mot à quelqu'un à ce sujet. Oui, c'est vrai, il était mon époux! C'était un secret merveilleux entre nous. Et nous avons été fidèles pendant presque cinquante ans, jusqu'à sa mort. Et à cette époque, juste après la 1ère guerre mondiale, on ne pouvait pas encore faire tout et n'importe quoi comme aujourd'hui. En tant qu'époux secrets, nous nous sommes tout donnés ce que peuvent se donnent des époux, seulement nous ne pouvions pas avoir des enfants et il n'était pas question de se marier, tant que nous étions pauvres.

Mais nous nous sommes aimés infiniment, aussi plus tard quand nous étions séparés par une grande distance, on s'écrivait tous les jours, on s'appelait au téléphone et on se voyait souvent. C'était merveilleux entre nous, bien plus beau que la plupart des couples mariés. Sa mort m'a transformé d'une épouse heureuse en une veuve esseulée.

Hamer: Oui, je vous crois, madame, cela a dû être le coup du sort le plus dur de votre vie. Combien de temps s'est-il passé avant que vous n'ayez pu faire le deuil de votre homme, avant que la plus grande douleur ai commencée à s'estomper?

Patiente: Après un peu plus d'une année j'avais enduré le plus dur. Depuis je me suis retirée.

Hamer: Madame, je crois pouvoir lire dans votre âme comme à livre ouvert. Tout ce que vous m'avez raconté est certainement vrai, mais vous avez omis la chose la plus importante. Je ne sais pas si le professeur M., votre époux, est ressuscité depuis sa tombe, mais en tout cas il s'est passé quelque chose de grave le concernant il y a un an et demi à deux ans, un événement conflictuel, comme vous ne l'avez jamais vécu et qui n'a pas été résolu à ce jour.

Patiente (les yeux grands ouverts de peur, livide et toute droite sur son lit, tremblante de tout son corps, comme je n'ai jamais vu trembler un patient): Docteur, au nom de Dieu, comment pouvez-vous savoir cela ? Jamais je n'en ai parlé à personne, jamais personne ne m'a vu pleurer. Oui, c'est vrai! C'est même trop vrai, c'était la chose la plus grave que j'ai vécue de toute ma vie, merveilleux, grave et terrible. Et vous avez raison, même maintenant je ne pense à rien d'autre, le jour et la nuit, quand je ne peux pas dormir, ce qui est souvent le cas.

Hamer:    Madame, c'est bien de parler ensemble de tout ça. Et j'espère que nous aurons encore souvent l'occasion d'en parler. Quand on peut en parler avec une autre personne qui comprend, alors tout devient moins grave. Vous verrez.

Et elle a tout raconté. Elle pouvait dater l'événement conflictuel très exactement au jour, et même à l'heure près. Son époux avait une grande collection de tableaux, parmi lesquels aussi beaucoup de peintures faites par lui-même, qu'il avait tous légués au musée de Husum. Puisqu'il n'était pas marié et n'avait pas d'enfants, la patiente avait été désignée par lui comme son exécutant testamentaire. Les tableaux avaient déjà été envoyés à Husum tout de suite après sa mort. Mais pour lui rendre hommage, toute sa correspondance essentielle, publications, manuscrits etc. était aussi destinée au musée. Fin décembre 1979 la patiente a reçu chez elle un gros paquet ficelé contenant des lettres, parmi lesquelles ses  propres lettres d'amour à son amoureux et qu'il avait tout gardé en parfait état, rangé en ordre chronologique.

La patiente se rappelle très bien avoir laissé toutes les lettres de côté pendant quelques jours. Mais là, elle se sentait aspirée vers elles comme par magie – elle se rappelle même l'heure qu'il était –, vers ses propres lettres d'amour, celles qu'elle avait écrites presque 60 ans plutôt et elle m'a dit :

Patiente: Docteur, je me rappelle encore très exactement comment j'ai ouvert le premier paquet, c'étaient mes toutes premières lettres d'amour de moi à mon amour. J'étais comme paralysée! C'était merveilleux et horrible, elles me rendaient heureuse et inconsolable, simplement terrible. Docteur, ce n'étaient même pas des semaines, mais des mois et des mois que j'ai pleuré jour et nuit, pleuré, pleuré, pleuré. Horrible, horrible ! Cependant, je ne pouvais pas me détacher de ces lettres, elles m'attiraient comme par magie. A partir du 3 janvier 1980, tout m'est revenu. Chaque lettre me rappelait toutes ces tendresses et toutes les caresses qu'il y a eu entre nous dans la période la plus belle la plus insouciante de ma vie. J'étais tellement heureuse à cette époque et je lui ai tout donné ce que peut donner une personne amoureuse à l'homme qu'elle aime comme un dieu. J'ai tout revécu à nouveau, depuis le début, j'ai senti toutes les caresses réellement, comme si mon homme vivait encore. Et alors, chaque fois que je réalisais que mon amoureux était mort, alors je ne pouvais que  pleurer, pleurer, pleurer, seulement pleurer…. Et cela n'a pratiquement pas changé jusqu'à ce jour.

J'ai consolé la dame aussi bien que je le pouvais et je lui ai promis de venir lui rendre visite tous les jours pour parler avec elle. Puis j'ai quitté la chambre sur la pointe des pieds, je me sentais profondément humilié. L'amour si profond, si ardent de cette dame de 83 ans pour son amoureux est digne de Roméo et Juliette. J'admirais cette dame âgée, comme une héroïne et en même temps j'avais pitié de cette personne si admirable et tellement esseulée. Je me demandais par quel moyen je pouvais obtenir l'autorisation du chef de service pour aider cette dame.

Dehors devant la porte m'attendaient les collègues avec un sourire sardonique.

Grillo: Eh ben, ça a duré un bon moment, vous l'avez cuisinée jusqu'au fond de l'âme?

Hamer: Dieu sait que je n'ai pas la tête à plaisanter. Je vais vous raconter…

Après avoir terminé le récit de l'anamnèse, les collègues étaient devenus très silencieux.

Grillo: Hum, une telle coïncidence, est-ce que quelque chose de ce genre peut arriver à une personne si âgée, c'est vraiment rare, hm, très curieux. Tout ça ne peut être qu'un hasard stupide. Et exactement au mois près, puis aussi la tonalité sexuelle du conflit, bien sûr, un premier amour, si ça n'est pas sexuel... Et ça continue encore et toujours aujourd'hui? Mais, monsieur Hamer, ça ne peut qu'être le plus grand des hasards, sinon ça impliquerait que tout ce que nous avons fait en médecine jusqu'à ce jour est entièrement faux. Mais ça, je ne peux simplement pas le croire!
 
Hamer: Monsieur Grillo, nous avons noté, qu'il n'y avait qu'une probabilité de 1/10.000.000, tout au plus, que tout ceci puisse arriver par hasard. Alors maintenant vous serez très gentil de bien vouloir m'écrire une petite attestation dans laquelle vous mettrez noir sur blanc que mon système est juste avec une probabilité de 10.000.000/1 Faites cela, s'il vous plaît. Je demanderai au chef de service de la signer également. Après tout, il a lui-même donné la permission pour procéder à une mise à l'épreuve de mon système dans le cas de cette dame. Il me semble que c'est votre devoir le plus élémentaire de me donner une attestation de ce qui est la vérité: que mon système et la LOI D'AIRAIN DU CANCER sont fondés sur une reproductibilité scientifique absolue et qui devrait être considérée comme prouvée d'après la logique causale de la médecine d'école depuis les vérifications reproductibles de plus de 500 cas.

Grillo: Je dois dire que c'est effectivement frappant et le cas est maintenant clair comme l'eau de roche. C'est curieux que la patiente n'en ait pas parlé au chef de service ni à nous. Car nous lui avions demandé si elle avait eu un conflit quelconque ces dernières années.

Hamer: Oui, mais elle n'a effectivement eu des conflits avec personne, pas même avec son amoureux, la personne décédée et si passionnément aimée. Son conflit à elle, la Juliette de 83 ans, c'était le fossé entre son amour paradisiaque et la mort, entre la vie en couple et sa solitude. Vous savez, monsieur Grillo, en tant que médecin nous devons avoir un peu d'empathie pour pouvoir comprendre une personne souffrante.
 
Et alors, qu'avez-vous à me dire de la part du chef de service?

Grillo:    Rien, enfin, je veux dire, je ne sais pas ce que le chef va faire maintenant. Je ne peux tout simplement pas croire tout ce qui vient de se passer.

Hamer:    Dans ce cas-là, monsieur Grillo, entre nous, nous ne pourrions plus avoir que des discussions théologiques sur la croyance en général et sur votre incrédulité en particulier. Mais dans le domaine d'une médecine scientifique organisée selon des réflexions causales - logiques vous n'êtes plus un interlocuteur pour moi.

Le professeur Semm a été mis au courant de cet échec monstrueux pour lui, avant la fin de la journée. Puisque la patiente avait été professeur, il était difficile de prétendre que j'avais mené la dame en bateau, car quel professeur aurait permis de se faire mener en bateau? Pour le Prof. Semm toute l'histoire paraissait de plus en plus macabre. Aussi m'a-t-il aussitôt convoqué le lendemain et m'a dit que quoi qu'il en soit, tout cela ne pouvait lui apporter effectivement que les pires ennuis et qu'il me fallait disparaître aussitôt puis arrêter mes recherches. Puis, par ailleurs, il n'était pas question qu'il me donne une attestation quelle qu'elle soit, même si j'avais des centaines de cas comparables, ça ne pouvait amener que les pires problèmes.

Je lui ai dit:
- «Prof. Semm, je crois que vous ne voyez pas clairement ce que vous faites. La responsabilité de ce que vous faites là, elle serait infiniment trop lourde pour vous si vous aviez la moindre idée de ce que tout cela implique. Mais si Hamer avait raison avec son système – et la probabilité est infiniment grande – alors vous vous serez vous-même rendu absolument ridicule aux yeux de tous les médecins du monde entier.»
 

Dernière mise à jour : ( 26-12-2012 )

Source: http://www.germanique-nouvelle-medecine.com/index.php

 

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Docteur Hamer
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 15:29

Le rôle du cancer dans l'évolution

mercredi 30 janvier 2013
     

 

Bonjour,

portrait de Yves RasirCette semaine,  je vous propose un  deuxième extrait du livre que nous venons de publier aux éditions Néosanté: «La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore». Son auteur, Boris Sirbey, est un jeune philosophe des sciences qui  a écrit cet essai sur le cancer en hommage à sa mère. Il y raconte la tragédie qui s'est déroulée lorsqu'elle a été hospitalisée, démythifie la vision classique de la maladie,  explore la piste psychosomatique et  développe une série de réflexions sur l'avenir de la médecine. Son but est de montrer que, loin de se ramener à une simple affaire de génétique et de produits nocifs, le cancer est toujours en relation étroite avec le vécu personnel du patient. Dans l’extrait de la semaine dernière,  Boris Sirbey  mettait le doigt sur les failles et les contradictions de la théorie officielle, laquelle attribue au hasard un rôle prépondérant dans le processus cancéreux.  L’une des incohérences majeures de la vision classique, c’est qu’elle n’explique pas  l’omniprésence du cancer après des millions d’années d’évolution. L’approche psychobiologique répond à cette énigme en démontrant que le cancer joue un rôle utile pour la survie.   Je vous recommande chaudement la lecture  de ce livre d’ores et déjà disponible en libraire et sur notre site internet au prix modique de 20 € (hors frais de port).  Et je vous encourage vivement  à  faire suivre ce message à vos contacts.

Yves Rasir

 

     
Le rôle du cancer dans l’évolution

 

Inévitablement, une des questions que se posent les biologistes devant l’existence du cancer est de savoir pourquoi la nature a inventé un mode de division et de rendement cellulaire qui se traduit par une efficacité accrue, mais qui est, en même temps, si hostile à la vie.

Au sens même de la théorie de l’évolution, en effet, tout ce qui ne sert pas la survie doit être éliminé du patrimoine génétique: or, du fait qu’il représente un danger majeur pour l’organisme, le cancer aurait dû favoriser la reproduction des individus les moins sensibles à son emprise, et disparaître ainsi par la sélection naturelle. Pourtant, loin d’avoir été éradiqué, ce fléau a été conservé non seulement dans le patrimoine génétique humain, mais dans celui de l’ensemble du système biologique. Partout présent, il continue à exister aussi bien chez l’homme ou l’animal que chez la plante, presque aucune espèce ni aucun individu ne semblant en être exempt. Comment expliquer alors son omniprésence après des millions d’années d’évolution, si on pose par ailleurs qu’il est tellement préjudiciable à la survie?

La réponse devient tout de suite logique si on considère que les cellules cancéreuses sont en réalité des cellules beaucoup plus fortes que les cellules ordinaires, et qu’elles sont donc un instrument utilisé par l’organisme. Le fait que le cancer serve en réalité la survie des individus explique qu’après des millions d’années il n’ait jamais été éliminé des gènes, contrairement à des phénomènes biologiques inutiles ou peu performants. Il est partout présent dans la nature parce qu’il est partout utile.

Bien sûr, on peut objecter que, à ce compte, toute personne qui subit un traumatisme psychologique produira un cancer. En réalité, pour que le cerveau enclenche un tel programme, il faut, d’une part, que le conflit soit très profond, ressenti comme vital par le sujet, et, d’autre part,qu’il soit vécu dans l’isolement, sans possibilité pour l’individu de se décharger de la pression qu’il fait peser sur le psychisme.

Le stress est une notion difficile à définir. On peut dire que, fondamentalement, il se produit un stress dans toute situation d’inadaptation, en particulier quand cette dernière met en jeu la survie de l’individu ou de l’espèce. Pour reprendre la définition de Hans Selye, le stress est le syndrome d’adaptation biologique du corps à toute situation dangereuse pour laquelle le cerveau n’a pas de réponse toute prête (par exemple, c’est grâce aux effets du stress que la gazelle peut mobiliser toutes ses ressources de fuite en face d’une lionne). Cette définition recouvre, chez la plante, chez l’animal ou chez l’homme tout cas de figure où l’harmonie avec le milieu est brisée par une menace extérieure, réelle ou imaginaire.

Or, le vivant n’a d’autre but que de réaliser et de prolonger le plus longtemps possible cet état d’équilibre. En termes de biologie, rien ne consomme plus d’énergie que le stress, puisqu’il n’est pas autre chose que l’expression d’un déséquilibre potentiellement mortel. Il est parfaitement envisageable que, faute d’autre moyen, l’organisme provoque ce qui nous apparaît comme une maladie pour y mettre fin. Il ne s’agit pas d’un dysfonctionnement, mais d’une simple stratégie d’adaptation, la seule différence entre l’homme et l’animal étant que l’homme est nettement plus enclin à développer des maladies en rapport avec des conflits psychologiques plutôt qu’avec de vraies situations de survie.

Au moment où nous sommes soumis à un stress particulièrement intense et continu, qui nous place dans une situation de conflit prolongée, l’organisme interprète la situation comme si sa survie même était menacée. Il enclenche alors, pour faire face à la menace à laquelle il se croit confronté, un certain nombre de programmes de survie archaïques, comme par exemple le cancer de l’estomac, destiné à accélérer les capacités digestives devant un «trop gros morceau» à avaler; le fait que le « morceau » en question soit à prendre au sens propre ou figuré importe peu. Le corps provoque alors un court-circuit cérébral, tout à fait à la manière d’un disjoncteur, la nature même - précisément le ressenti biologique - du conflit décidant alors de l’aire cérébrale atteinte, qui va, à son tour, déterminer l’organe-cible. A ce moment-là, le codage des cellules change, et le cancer, qui représente un mode d’organisation cellulaire de crise, apparaît. Dès lors, l’organisme présente un certain nombre de symptômes bien précis, qui ne vont disparaître qu’au moment où le conflit psychobiologique sera résolu. A ce moment-là, l’aire du cerveau dans laquelle le court-circuit avait enclenché le programme biologique de survie interrompt le programme et se répare.

Nous touchons ici à l’un des points les plus intéressants de la psychobiologie: au moment où le conflit atteint un seuil critique et que l’organisme lance le programme de production des cellules cancéreuses, le cerveau est affecté physiquement. Et si la rupture du champ électrique n’est pas repérable immédiatement, elle est parfaitement observable au moment où l’organisme récupère du conflit.

A ce moment-là, l’aire cérébrale qui a commandé l’apparition du cancer est parfaitement visible au scanner, mais aussi de façon palpable, l’intensité de l’activité métabolique de réparation du circuit cérébral se traduisant par une chaleur perceptible au toucher.

C’est d’ailleurs ainsi que le modèle que Georg Groddeck a élaboré au début du siècle a pu être vérifié. Groddeck, en effet, avait postulé que c’est le cerveau qui déclenchait le cancer, mais il ne pouvait pas le prouver. Avec l’invention du scanner, des médecins comme le Dr. Ryke Geerd Hamer ont pu démontrer à quelle aire cérébrale correspondait chaque type de cancer, et même dire avec précision si le conflit qui se trouvait à l’origine du cancer était encore actif ou pas. En dépit du fort dogmatisme dont a fait preuve le Dr. Hamer quand il a fait la promotion de sa découverte, cette dernière représentait bien une révolution médicale, puisque ses observations démontrent de façon rigoureuse que c’est bien le psychisme qui déclenche la maladie (qui est donc, en réalité, un programme biologique de survie), et que, par conséquent, tant que l’on ne traite pas le conflit qui l’a provoqué, on ne fait que traiter des symptômes.

C’est ainsi que le cancer des testicules se rapporte à un conflit de perte (souvent lié à l’enfant), et survient dans le lieu symbolique de la paternité. De la même manière, le cancer du col de l’utérus chez la femme se développe généralement après une relation sexuelle perçue comme malsaine ou coupable et demandant donc un « nettoyage efficace ». Même une simple infection de la vessie a un sens biologique, puisqu’elle répond à un conflit symbolique de territoire: tout comme l’animal marque son territoire par l’urine, le cerveau d’une personne qui a le sentiment qu’on «marche sur ses plates-bandes» réagira en ordonnant à la vessie de produire plus de liquide pour marquer les limites symboliques du territoire. Toutes ces affections ont un sens à la fois psychologique et biologique, et entrent dans le cadre des stratégies de survie archaïques.

L’évolution de l’humanité, en effet, s’est déroulée pendant des millions d’années. Par rapport à cette période, la civilisation telle que nous la connaissons ne représente que quelques millénaires. Il n’y a donc rien d’étonnant que, en réponse aux messages que nous lui envoyons, le cerveau réagisse par des programmes biologiques qui se sont révélés efficaces sur des périodes de temps quasi géologiques. Si on juge ces maladies selon les critères de la civilisation moderne, il est évident qu’elles vont apparaître comme des aberrations; mais, si on les replace dans un contexte plus large, leur utilité biologique devient claire.

Boris Syrbey

.

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Médecine Nouvelle
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 07:26

Message relayé

Le cancer, enfant terrible du hasard?


Néosanté hebdo
mercredi 23 janvier 2013
     

 

Bonjour,

portrait de Yves RasirCette semaine, je me mets en retrait et je vous propose un extrait du livre que nous venons de publier aux éditions Néosanté: «La vérité sur le cancer que la médecine ne vous dit pas encore». Son auteur, Boris Sirbey, est un jeune philosophe des sciences qui a écrit cet essai sur le cancer en hommage à sa mère. Il y raconte la tragédie qui s'est déroulée lorsqu'elle a été hospitalisée, démythifie la vision classique de la maladie, explore la piste psychosomatique et développe une série de réflexions sur l'avenir de la médecine.. Son but est de montrer que, loin de se ramener à une simple affaire de génétique et de produits nocifs, le cancer est toujours en relation étroite avec le vécu personnel du patient. Dans cet extrait, Boris Sirbey met le doigt sur les failles et les contradictions de la théorie officielle, laquelle attribue au hasard un rôle prépondérant dans le processus cancéreux. La semaine prochaine, nous vous offrirons un autre extrait montrant que l'approche psychobiologique du cancer s'appuie sur des bases rationnelles autrement plus solides. Je vous recommande chaudement la lecture de ce livre d'ores et déjà disponible en libraire et sur notre site internet au prix modique de 20 €. Et je vous encourage à faire suivre ce message à vos contacts.

Yves Rasir

 

     
Le cancer, enfant terrible du hasard?

 

La médecine institutionnelle considère le cancer comme le résultat de l'apparition d'une cellule anormale qui, après avoir été mise en contact avec une substance pathogène, se met à se multiplier à une vitesse exponentielle. Apparaissant d'abord dans un organe donné, le foyer primitif libère alors des cellules cancéreuses capables de former, dans d'autres parties du corps, des métastases, c'est-à-dire des cancers secondaires. Les perturbations qu'entraîne le cancer finissant inévitablement par entraîner la mort, il est alors justifié de recourir à des moyens particulièrement drastiques comme la chirurgie, la chimiothérapie ou la radiothérapie pour l'oblitérer rapidement.

Ce modèle, à première vue, semble bien rendre compte des observations expérimentales sur cette maladie. Néanmoins, il implique aussi un certain nombre de contradictions. Une part très importante du processus de formation du cancer tel qu'il est envisagé par la médecine conventionnelle, en effet, relève du hasard: en premier lieu, dans le fait même de l'apparition de cellules anormales, dont la raison de la formation reste encore un mystère; ensuite, dans le passage à l'état de cellule cancéreuse, qui est provoqué par la mise en contact accidentelle avec un produit pathogène; enfin, dans l'évolution du cancer, la création de colonies se faisant au gré du déplacement erratique des cellules cancéreuses dans les systèmes sanguin ou lymphatique. Pourtant, un certain nombre de facteurs semblent contredire cette hypothèse du hasard:

  • L'organisme produit en moyenne 300 cellules cancéreuses par jour: toutefois, au lieu de devenir des cancers, elles sont automatiquement éliminées par le système immunitaire, qui les identifie comme éléments indésirables. La médecine institutionnelle en conclut donc que ce qui provoque le cancer est une déficience du système immunitaire, qui, pour une raison inconnue, devient incapable de faire la différence entre une cellule normale et une cellule cancéreuse. Cependant, l'organisme est un système d'une extraordinaire sophistication, et qui ne survit que parce qu'il arrive, en dépit de changements constants, à maintenir un équilibre global, ce qui suppose d'incessants ajustements au niveau de l'interaction des organes. Cette capacité à s'autoréguler dans un équilibre dynamique est appelée l'homéostasie. La composition du sang, par exemple, met en jeu presque tous les processus métaboliques, ce qui suppose un degré de complexité que le plus puissant ordinateur aurait du mal à gérer. Or, il semble pour le moins difficile d'expliquer comment un système de surveillance aussi efficace peut connaître des dysfonctionnements aussi grossiers que le postule la cancérologie, contredisant l'intelligence qu'il démontre par ailleurs dans le maintien de l'homéostasie organique.
  • Si vraiment le cancer est le produit d'un dysfonctionnement immunitaire et d'un hasard, pourquoi est-ce que tous les cancers ne sont pas d'emblée des cancers généralisés? Dans la mesure où le système immunitaire ne fait plus son travail, il faudrait logiquement que des foyers cancéreux apparaissent non dans un endroit précis, mais un peu partout dans le corps. Or, dans la majorité des cas, les cancers sont circonscrits à un seul organe, avec des métastases elles aussi placées de façon précise dans le corps. Pourquoi est-ce que le système immunitaire continue d'éliminer les cellules cancéreuses qui se forment partout ailleurs dans le corps, pour ne les laisser proliférer qu'à un endroit bien localisé?
  • Comment expliquer le processus de formation des métastases? Se fondant sur le caractère mécanique de la propagation du cancer, la médecine conventionnelle postule qu'elles transitent par le système circulatoire pour former de nouveaux cancers à un endroit ou à un autre de l'organisme; mais il est en réalité extrêmement difficile de prouver que quelque chose d'aussi gros qu'une cellule cancéreuse puisse réellement migrer à travers ce filtre extrêmement précis et complexe qu'est le système sanguin, surtout si cette migration a pour but de former une colonie dans un organe dont les tissus sont totalement différents. Or il est fréquent que des cancers du foie génèrent des métastases au poumon ou au cerveau, ce qui contredit la logique de dissémination spatiale qu'ils sont censés suivre. Par ailleurs, personne n'a encore pu observer de façon réellement directe la migration des cellules cancéreuses, ce qui rend cette hypothèse difficilement tenable. Mais si ce n'est pas cette migration qui est à l'origine des métastases, qu'est-ce qui les provoque?
  • Comment expliquer l'existence de cancers au développement fulgurant, qui n'évoluent pas sur une période de quelques années, mais se manifestent au bout de quelques jours seulement? Compte tenu de la vitesse de division des cellules cancéreuses, un enfant qui aurait respiré des particules d'amiante en passant sous un porche vétuste en 1984 ne devrait contracter un cancer des poumons qu'en 2001. Or il se présente régulièrement des cas de cancers apparaissant non en dix ans, mais en l'espace de quelques semaines, les analyses qui n'avaient rien révélé auparavant montrant soudain l'apparition d'importantes masses tumorales. Là encore, la médecine officielle postule le plus souvent qu'une erreur a été faite au niveau des examens, mais on peut légitimement douter du fait que de telles erreurs puissent se répéter de façon aussi systématique et à si grande échelle. Seulement, si vraiment le phénomène des cancers à développement brusque existe, comment l'expliquer du point de vue de la théorie classique?
  • Que penser de l'existence de cancers «en sommeil», c'est-à-dire de tumeurs inactives, composées de cellules qui ont suivi un développement cancéreux, mais qui ont cessé de se multiplier? Là encore, compte tenu du fait que les cancers sont censés suivre une croissance mécanique, leur présence dans l'organisme semble tout à fait inexplicable. Pourtant, on sait parfaitement qu'elles existent, et que des personnes peuvent vivre normalement pendant des années en dépit de la présence dans leur corps d'énormes tumeurs dormantes.
  • Enfin, le dernier point, et non le moindre, à expliquer, est évidemment celui de la rémission spontanée du cancer. La médecine conventionnelle postule que la loi qui dirige le cancer est celle de l'expansion systématique et que, une fois déclaré, un cancer continue à se développer sans retour en arrière. Or on sait parfaitement qu'il existe depuis longtemps des cas de guérisons spontanées, obtenues en l'absence de tout traitement médical. Comment expliquer qu'un cancer puisse disparaître naturellement, si vraiment il s'agit d'un processus totalement mécanique et irréversible?

Mis bout à bout, tous ces «phénomènes parasites» remettent en cause le modèle appliqué par la science dite «classique» et démontrent que, contrairement aux apparences, cette affection semble suivre une logique différente que celle que lui prête la médecine institutionnelle.

Les cancérologues, à l'image des médecins en général, tendent à considérer le corps comme le produit d'un strict déterminisme biochimique, ce qui les amène à laisser de côté un certain nombre de phénomènes pourtant essentiels dans la pathologie du cancer. Postulant que l'organisme se réduit, en dernière analyse, à l'ensemble des actions et réactions chimiques observables expérimentalement, ils en déduisent que le développement des maladies est consécutif à une insuffisance quelconque du système immunitaire, qui, pour des raisons contingentes (fatigue ou stress de l'organisme, incapacité à répondre à la virulence d'un virus ou d'une bactérie) ou fonctionnelles (prédispositions génétiques), n'arrive plus à faire son travail.

Cependant, tout le problème, c'est que le concept de «biochimie» que les cancérologues utilisent comme ciment dans leurs modèles ne renvoie évidemment pas à une entité existant réellement et agissant pour son compte propre, mais à un ensemble de processus qui dépendent en grande partie du système nerveux central, c'est-à-dire du cerveau. Or le cerveau, en tant qu'il régule les fonctions conscientes et inconscientes de l'organisme, est le siège du psychisme, qui peut donc être considéré comme l'acteur de toutes les modifications biochimiques du corps. Aussi, s'il est certain que la biochimie «contrôle» le corps et le psychisme, on peut tout aussi bien dire que la biochimie est elle-même «contrôlée» par le psychisme.

De ce point de vue, ce qui caractérise véritablement la médecine actuelle, c'est que, bien qu'elle reconnaisse le rôle joué par le cerveau, elle part du principe que c'est le corps qui détermine l'esprit, et que, par conséquent, l'esprit humain n'est qu'un «symptôme» du fonctionnement du cerveau.

La médecine psychosomatique, pour sa part, reconnaît à la fois l'existence du corps et de l'esprit, et considère que le cerveau joue en réalité un rôle de transmetteur dans les deux sens, ce qui permet à l'esprit d'agir sur le corps, et au corps d'agir sur l'esprit.

C'est en cela que l'approche dite «holistique» en médecine, qui envisage l'être humain comme un tout, se révèle incomparablement plus efficace que l'approche biochimique, qui, en réduisant les phénomènes qu'elle étudie à un schéma déterministe strict, évacue purement et simplement une partie d'entre eux hors de son champ de compréhension. Et, pour peu que l'on considère cette approche totale, on se rend compte que, loin d'être une sorte de mode de détermination plus vague et plus subjective, la compréhension holistique est en réalité beaucoup plus précise et efficace.

Boris Syrbey

 

 

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Médecine Nouvelle
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:52


La Cure de tous les cancers avancés

Livre du Dr Hulda Clark

 

Le livre "La Cure de tous les cancers avancés" de Hulda Clark est maintenant disponible en français.


Au sujet de ce livre voici la présentation officielle de l'Editeur au dos du livre en page 4 de couverture:


"Le cancer peut maintenant être guéri. Pas seulement les premiers stades de la maladie mais aussi les cancers avancés, les stades 4 et 5 de la maladie, incluant la mort imminente.

Nous ne sommes pas habitués à penser à une guérison. Nous pensons qu'une rémission est la seule possibilité. Mais ce livre ne parle pas de rémission. Il parle de guérison. C'est possible parce que la véritable cause du cancer a été découverte.  

La cause de la malignité

La cause de la malignité est expliquée dans le précédent livre "La Cure de tous les cancers". Mais {le fait} de retirer la malignité a remis les tumeurs dans l'état où elles étaient avant le développement malin. Aussi l'élimination des tumeurs est devenu le point névralgique de la recherche ultérieure et c'est le sujet du présent livre.

Le Programme de 21 Jours décrit dans ce livre fait les deux. Une fois que vous avez gagné cette bataille, même le cancer avancé peut être guéri.


Le taux de succès

Pour le cancer avancé le taux de succès est de 95%. Aussi vous pouvez compter sur cette méthode et pas seulement espérer qu'elle fonctionne aussi pour vous. C'est une approche globale qui ne rétrécit pas seulement les tumeurs mais qui normalise aussi la chimie de votre sang, fait baisser les marqueurs de votre cancer, et vous redonne la Santé.

Le faible taux d'insuccès (5%) est dû aux urgences cliniques qui harcèlent le souffrant de cancer avancé. Toutefois, si vous combinez les conseils se trouvant dans ce livre avec l'accès à des soins hospitaliers, mêmes des patients "sans espoir" peuvent gagner le temps nécessaire pour redevenir bien."


Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 16:28

Protocoles de Nettoyage Dr Clark

 

Les protocoles Dr Clark sont nécessaires à connaître pour faire les programmes de nettoyage de la Doctoresse Hulda Clark.

 

Il sont, bien sûr, disponibles dans ses livres ("La Cure de toutes les maladies", etc.), mais, parfois, l'information peut sembler éparpillée dans des ouvrages de bonne épaisseur (650 pages par livre, en moyenne), qui ne sont pas tous traduits en français.

 

C'est pourquoi les candidats au grand nettoyage de leur "for intérieur" seront probablement contents de pouvoir disposer, en un seul clic de souris, d'un document unique rassemblant en seulement quelques dizaines de pages toutes les informations indispensables à connaître.

 

Il leur suffit pour cela de cliquer sur le lien ci-dessous:

 

La Santé par le Nettoyage

 

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 02:37

 

Introduction au Zapping régulier

et au Zapping par les fréquences

 

Grâce à l'innovation que constituent les programme informatiques spéciaux sous forme de cartes mémoire à insérer dans le zappeur, il est maintenant possible d’utiliser le zappeur comme un générateur pré-programmé de fréquences. Mais quel est la différence entre le zapping régulier avec une seule fréquence de base (en mémoire morte dans le zappeur) et celui par les fréquences? Voyons ce que nous révèle le Docteur Hulda Clark elle-même.


Qu'est-ce que le zapping ?

Le docteur Clark le décrit admirablement dans ses livres. Elle dit:

 "Le zapping est une façon de tuer les bactéries et les parasites avec l'électricité. J’ai découvert qu'il tue les parasites et les bactéries partout où ceux-ci sont atteints par le courant. Mais certains endroits ne sont pas atteints par le courant, comme, par exemple, les fissures et interstices dentaires, l’appareil intestinal, les calculs biliaires et la partie interne des tumeurs. Le courant ne traverse pas le corps de manière uniforme ; au contraire, une grande partie du courant glisse le long des artères, des veines, des ganglions lymphatiques, des nerfs et des régions enflammées. Les personnes qui ont une inflammation dans le corps "sentent" souvent le courant du zapper passer dans le lieu posant problème. Malgré ces limitations, souvent les bénéfices s'accroissent à chaque fois que l’appareil est  utilisé! En outre, ces bénéfices augmentent à chaque application suivante, indépendamment du fait qu’ils soient répétés ou pas."


Pendant combien de temps doit-on faire le traitement avec le zapper?

La séance de zapping est très individuelle et dépend de l'état de santé de la personne. Beaucoup pratiquent communément le zapping une fois par jour, mais pour celui qui est très malade, une utilisation plus intensive est nécessaire.

Dans le livre "La cure de tous les cancers avancés", le docteur Clark écrit : "L’on conseille d'appliquer le zapper tous les jours. Si vous le souhaitez, vous pouvez faire le zapping plus d’une fois par jour, ou même de façon continue, mais assurez-vous de le faire au moins une fois par jour. Faites-le jusqu’à ce que vous soyez complètement rétablis ".

Dans le "Syncrometer® Science Laboratory Manual" le docteur Clark continue en disant:

"À l’origine, la durée normale de zapping avait été fixée à sept minutes, suivie d'une pause de vingt minutes, et cette séquence était répétée trois fois de suite. Ces temporisations se basaient sur l'observation du fait que les bactéries ou les parasites, qui étaient subitement tués, relâchaient d’autres pathogènes, encore vivants, et encore libres de se répandre dans tout le corps. À cette époque (1994) trois sessions étaient considérées comme étant adéquates. Mais, au fil du temps, l’on a remarqué que les parasites libèrent des parasites plus petits. Ceux-ci relâchent des bactéries, qui, ensuite, relâchent, à leur tour, des virus. Et les virus peuvent même relâcher des prions. Dans l'ensemble nous voyons donc cinq "couches" d'animaux envahisseurs à tuer. Théoriquement nous devrions donc employer cinq traitements de zapping de sept minutes chacun, mais, en pratique, nous avons pu observer que trois traitements étaient suffisants. Toutefois plus les personnes très malades faisaient de  traitements, plus elles s’amélioraient. Il est même possible de faire le zapping de manière continue, jusqu'à ce que vous vous rétablissez, c'est-à-dire tous les jours sans vous arrêter, pendant une semaine ou davantage. Une force électrique pulsative positive qui monte et qui descend, non seulement se révèle capable de tuer les minuscules envahisseurs; mais il semble qu’elle donne aussi de l'énergie aux globules blancs, qui, ensuite, vont attaquer en force vos ennemis: vos parasites, vos toxines, et tous les nuisibles, malgré la présence des quatre immuno-suppresseurs, c'est-à-dire le benzène, les PCB, les métaux. Voilà pourquoi je conseille des traitements de zapping pendant huit heures par jour, jusqu’à ce que vous vous soyez rétablis."


Qu'est-ce que le zapping régulier ?

Une première session de zapping de sept minutes est suivie d'une pause de 20-30 minutes. Pendant cet intervalle, des parasites mourants s’échappent des bactéries et des virus et commencent à vous envahir. Chaque parasite a ses propres bactéries particulières et ses virus fugitifs. Une seconde session de zapping de sept minutes vise à tuer ces virus et les bactéries s’étant libérées des parasites blessés à mort. Et, cette fois, des bactéries mourantes s’échappent d’autres virus. La troisième session tue les derniers virus libérés. Une quatrième et cinquième session peuvent aussi être très bénéfiques. Ce type de zapping est extrêmement efficace pour le sang et la lymphe, deux fluides salés (conducteurs), qu’il est très important de soumettre au traitement du zapper, car ils représentent le système fluvial que tous les pathogènes utilisent pour se répandre dans le corps de l’hôte. À chaque fois que des parasites adultes, d’une manière ou d’une autre, sont tués, ceux-ci libèrent leurs propres œufs, qui entrent immédiatement dans le courant sanguin et lymphatique.


Le zapping régulier avec le Programme Standard ou avec le Programme Continu

CE TYPE DE ZAPPING EST "INDÉPENDANT" DES FRÉQUENCES, C'EST-À-DIRE: QU’AVEC UN OFFSET POSITIF À 100%, ET EN EMPLOYANT UNE ONDE CARRÉE, LE ZAPPER EST EN MESURE DE TUER UNE VASTE GAMME DE PARASITES, DE BACTÉRIES ET DE VIRUS, SANS QU’IL SOIT NÉCESSAIRE DE SE SYNTONISER SUR UNE FRÉQUENCE SPÉCIFIQUE.

Pour faire le zapping régulier, vous pouvez utiliser deux programmes:

1 - PROGRAMME STANDARD:

ZAPPING DE 7 MINUTES/PAUSE DE 20 MINUTES/ZAPPING DE 7 MINUTES/PAUSE DE 20 MINUTES/ZAPPING DE 7 MINUTES.

2 - PROGRAMME DURATION (CONTINUATIF):

IL DURE DE FAçON ININTERROMPUE PENDANT UNE HEURE - IL EST PLUS INTENSIF.


Qu'est-ce qu’une fréquence?

Chaque animal vivant et chaque type de cellule ne produit pas seulement ses propres fréquences particulières, mais il répond aussi à ces mêmes fréquences. Nous les appelons fréquences, mais, en réalité, nous parlons d’ondes, d’ondes d'énergie. Chaque onde a sa fréquence associée. Même les animaux morts ont une fréquence. Heureusement, les fréquences d'un parasite, d'une bactérie ou d'un virus ne se superposent pas aux fréquences de l'être humain, au contraire elles sont très éloignées et différentes de celles-ci.


Qu'est-ce que le zapping à fréquences?

Ce type de zapping est "DÉPENDANT" de la fréquence, c'est-à-dire que la même fréquence d'un certain pathogène est émise. C’est un zapping qui vise une cible particulière. Pour faire le zapping à fréquences, l’on peut utiliser un générateur de fréquences ou les Cartes avec les programmes spéciaux.


Principales différences entre le zapping régulier et le zapping à fréquences:

Zapping régulier:

1. Il est "INDÉPENDANT" de la fréquence. N'importe quelle fréquence avec offset positif tue simultanément toutes les bactéries, les virus et les parasites, pourvu que la tension soit suffisante (de 5 à 10 volts), que le courant soit émis pendant un temps suffisant (7 minutes) et que la fréquence soit comprise entre 10 Hz et 500.000 Hz.

2. Il passe principalement au travers des liquides et des canaux de notre corps, le sang et le système lymphatique.

3. Certaines régions internes ne sont pas accessibles.

Zapping à fréquences:

1. Il est "DÉPENDANT" de la fréquence.

2. C’est un type de zapping qui vise à une cible précise.

3. Il est en mesure de rejoindre les régions internes.


Quels bénéfices y a-t-il à alterner le zapping régulier et le zapping à fréquences?

Curieusement, les bénéfices dérivent justement de leurs différences. Le zapping régulier nettoie notre système circulatoire et, en particulier, le système sanguin et lymphatique. Cela réactive nos globules blancs, de sorte que ceux-ci peuvent reprendre leur travail d’absorption; cela avantage notre système immunitaire.

Le zapping à fréquences a l'avantage de rejoindre les lieux internes et de frapper des agents pathogènes spécifiques. Le zapping régulier et celui à fréquences se complètent mutuellement.


Le Concept des Drivers

Dans ses livres, le docteur Clark explique quels parasites, bactéries, virus, champignons, etc., sont reliés à une condition spécifique de santé. À travers le concept des drivers, maintenant les personnes peuvent retirer le plus grand avantage d'un système de zapping très précis et complet, c'est-à-dire en alternant le zapping normal et le zapping à fréquences.


Le Zapping avec les Cartes Programmes

Le concept des drivers consiste à trouver les pathogènes spécifiques correspondant à une certaine pathologie et de les jumeler aux fréquences que le docteur Clark énumère dans sa liste.


Comment ce système des cartes programmes a-t-il été créé?

Il a tout d'abord été nécessaire de faire des études complètes des livres du docteur Clark, et une liste de tous les parasites, bactéries, virus, champignons, etc.,  qui peuvent contribuer à une certaine condition de santé ou de pathologie a été établie. Aux pathogènes ont ensuite été jumelées les fréquences de la liste du docteur Clark, fréquences qui ont été insérées dans les programmes des puces. Initialement,  35 program-drivers ou puces ont été créés. Ensuite, des recherches sur internet ont été faites pour chacun des pathogènes cités dans la liste des fréquences du docteur Clark, pour voir si d’autres informations étaient disponibles. Des informations basées sur des expériences cliniques médicales qui ont appliqué la thérapie fréquentielle ont été ajoutées.

L'idée des drivers a eu un grand succès auprès des personnes qui ont compris les bénéfices de ce type de zapping. Beaucoup ont envoyé leurs commentaires. Les suggestions et les besoins les plus importants manifestés par le public ont été pris à cœur, et ainsi, d’autres drivers ont été créés. À ce jour, 63 drivers sont disponibles.


Comment les cartes programmes  doivent-elles être utilisées?

Avec quelles séquences et avec quelle fréquence doivent-elles être utilisées? Cela dépend surtout de l'état de santé de la personne. La chose la meilleure à faire est d’alterner les drivers selon la gravité de conditions de santé.

Par exemple:

Pour un patient souffrant de cancer, les drivers du "Cancer avancé", du "Cancer" et de la "Tumeur" doivent être utilisés ensemble, en les alternant pour obtenir le plus grand bénéfice. La nouvelle puce "Oncovirus" a été créée en supplément pour donner un soutien aux malades du cancer ou aux malades du HIV. Ce driver est très complet et peut être d’une aide considérable, s’il est utilisé en alternance avec les autres drivers.

Un autre exemple:

Si vous vous apprêtez à partir en vacances dans un pays tropical, n'oubliez pas d’emporter avec vous deux drivers complémentaires entre eux: "maladies tropicales" et "dysenterie tropicale". Après avoir fait le zapping à fréquences avec un driver, il est toujours recommandé de faire aussi un zapping régulier, c'est-à-dire avec le programme "en continu" ou bien avec le programme "standard", de sorte que les pathogènes fuyards  pénétrant dans le système vasculaire ou lymphatique soient rapidement attaqués.


Cartes Programmes disponibles:

1. Acné

2. Allergies

3. Animaux domestiques

4. Arthrite

5. Asma

6. Bactéries communes

7. Bronchite

8. Cancer

9. Cancer avancé

10. Céphalée et migraine

11. Cistes

12. Cistes ovariennes

13. Cystite

14. Cœur

15. Dents

16. Dépression

17. Diabète

18. Problèmes digestifs/entériques

19. Dysfonctionnement de la ménopause

20. Dysenterie tropicale

21. Diverticulite/colite/Maladie de Crohn

22. Douleur

23. Endométriose

24. Hépatite B

25. Épilepsie/crises cérébrales

26. Foie/Cholestérol

27. Fibromyalgie

28. Champignons communs

29. Helicobacter pylori

30. Herpes

31. HIV/AIDS

32. Maladies enfantines

33. Infertilité

34. Grippe

35. Hypertension sanguine

36. Mal d’oreille

37. Mal de gorge

38. Maladies sexuellement transmissibles, (STD)

39. Maladies tropicales (TD)

40. Méningite

41. Maladie d’Alzheimer

42. Maladie de Lyme (Borréliose)

43. Maladie de Parkinson

44. Yeux

45. Oncovirus

46. Parasites communs

47. Pneumonie

48. Problèmes de la peau

49. Prostate

50. Reins

51. Sclérose multiple

52. Syndrome de l’intestin irritable (IBS)

53. Syndrome de la fatigue chronique

54. Sinusite

55. SLA (sclérose latérale amyotrophique)

56. Déséquilibres hormonaux

57. Super Wide Sweep (Ample Spectre): cette puce, dotée de la Technologie à Ample Spectre, parcourt toute la bande que le zapper est en mesure de couvrir.
58. Ténia, stades larvaires

59. Acouphène

60. Tumeurs

61. Ulcères gastriques

62. Verrues

63. Virus communs


Questions les plus fréquentes

Question 1

Nos intestins hébergent beaucoup de bactéries, les ainsi dénommées "bonnes" bactéries et les "mauvaises". En faisant le zapping, n'y a-t-il pas le risque de tuer les "bonnes" bactéries avec les "mauvaises"?
Le docteur Clark répond à cette question dans son livre "La Cure de toutes les maladies": "Bien que, souvent, le courant électrique n'ait pas effet sur le centre du conduit intestinal, parfois le zapping le stérilise presque complètement. Il n'y a pas moyen de distinguer entre les "bonnes" bactéries et les "mauvaises" bactéries. Mais même les bonnes bactéries deviennent mauvaises si elles traversent la paroi intestinale et entrent en circulation, donc le zapping frappe principalement les "mauvaises" bactéries. La bonne nouvelle est qu'en pratiquant le zapping, les habitudes intestinales se normalisent de nouveau après quelques jours. Évidemment les bonnes bactéries reçoivent des bénéfices du fait que les bactéries "envahissantes" aient été tuées.


Question 2

Le zapping peut-il être nocif?

Le docteur Clark répond à cette question dans le livre "Prevention of All Cancers" (Prévention de tous les cancers):

"La question la plus importante, naturellement, est de savoir s'il existe un effet nuisible sur vous. Je n'ai jamais vu d’effet sur la pression sanguine, sur la vigilance mentale, ou sur la température corporelle. Il n'a jamais provoqué de douleur, même si, souvent, tout au contraire, il en a annulé les effets à l'instant."


Autres bénéfices de l'utilisation du zappeur:

"Une force électrique positive pulsante qui monte et qui descend semble irradier de l'énergie à vos globules blancs, qui partent ensuite attaquer en force les ennemis: parasites, toxines, bactéries, tout cela, malgré la présence des 5 immunosuppresseurs. Ainsi le zapper détruit les parasites en réactivant - même si c’est temporairement - la capacité immunitaire".


En effectuant l’achat d’un zappeur, assurez-vous...

... que le voltage du zappeur ait une onde carrée avec un offset à 100% positif. Le voltage doit varier à plusieurs reprises, en montant et en descendant. Uniquement de cette manière les parasites peuvent être tués avec une tension très basse. Si le voltage variable devient NÉGATIF, même si c’est momentanément, il donne du soutien aux envahisseurs et les maintient en vie.

Le voltage appliqué par pulsations de façon à produire une onde "carrée" frappera immédiatement beaucoup de parasites, ainsi le nombre de pulsations en unité de temps, appelé "fréquence" n'est pas si important. Même si ces minuscules animaux ont sûrement leur "fréquence mortelle", lorsque l’on emploie une onde électrique carrée totalement "positive", il n’est pas nécessaire de savoir exactement quelle est la fréquence pour l'appliquer.

 

Source: http://www.drclarkinfocenter.com/fra/products_devices/devices/zapper/freq_zapping.php

 

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 12:17

Les effets du zapping scientifiquement étudiés

 

Les effets de la Morathérapie et du Zapping Dr Clark associés ont récemment fait l'objet d'une étude scientifique statistique, d'où il ressort que, selon les pathologies concernées le taux de réussite (effets positifs avérés) peut monter jusqu'à 86,7% (voir détails ci-dessous et dans l'article).

 

 

"Original article
Retrospective surgery study of the therapeutic effectiveness of MORA bioresonance therapy with conventional therapy resistant patients suffering
from allergies, pain and infection diseases
Eckart Herrmann a, Michael Galle b,∗
a 32805 Horn-Bad-Meinberg, Germany
b Institut für Biophysikalische Medizin, Algenrodter Strasse 51a, 55743 Idar-Oberstein, Germany
Received 20 October 2010; received in revised form 27 May 2011; accepted 31 May 2011."


 

Extrait de l'étude (résultats):

 

"Results
Assessment at patient level
Results of all treated indications
The relative frequency of the global assessment of a positive clinical effect (very good to satisfactory) with MORA + Zapper/98–08 is 85.6%, with MORA/98–02 is 83.3% and with MORA + Zapper/03–08 is 86.7% (Fig. 1).

 

By virtue of the variance analyse an efficacy (W) or an effect size of 0.75 is obtained if MORA + Zapper/98–08 is taken as a basis, W= 0.72 with MORA/98–02 and W= 0.77 with MORA + Zapper/03–08.


The verification of the frequency distributions (Fig. 1) with regard to homogeneity of exclusive MORA methods with the MORAZapper method yields a significant difference (p < 0.05), in spite of considerable similarity."

 

Il s'agit d'une étude rétrospective de patients traités pendant une durée de 10 ans. L'objectif était de savoir si la thérapie adoptée a été efficace, et si, en utilisant encore en plus le Zapper du Dr Clark, quelque chose de positif a encore été ajouté au résultat. 


L'étude complète est lisible ici (anglais):

 

http://www.jpchapuis.net/TextesInfo/HerrmannGalleEUJIM3-2011.pdf.

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 11:45

Un jeune Indien de 11 ans vomit

quatre fasciolopsis buski vivants!

 

 

Ceux qui ont lu les ouvrages de la Doctoresse Hulda Clark savent quelle importance elle donne aux parasites et ce qu'elle dit du fasciolopsis buski (grande douve de l'intestin) et relativement au fait qu'en fonction de la présence d'alcool isopropylique il peut se déplacer, à son gré, dans le corps humain...

 

Suite à un traitement antiparasitaire un jeune Indien de 11 ans vomit quatre fasciolopsis buski vivants! La chose est notable, car il est beaucoup plus fréquent qu'ils sortent "par en bas"! En fait, un tel cas d'élimination du parasite par la bouche est rarissime.

 

La contamination se fait souvent par de l'eau ou des plantes aquatiques contenant des métacercaires (stade de larves intermédiaires du parasite). Il est surprenant de trouver un jeune homma parasité avec le fasciolopsis dans une région considérée comme non endémique.

 

Cela est une confirmation que Hulda Clark dit des choses sensées en affirmant que des parasites réputés "exotiques" peuvent aussi se retrouver dans des zones où ils n'ont pas {encore} d'existence "officielle" et où l'on ne s'attend donc pas à les trouver...


Des œufs de fasciolopsis buski ont aussi logiquement été trouvés dans les selles du jeune homme. La distinction entre les œufs de fasciolopsis buski (douve de l'intestin) et de fasciola hepatica (douve du foie) n'est pas évidente. Les parasites ne sont parfois trouvés que lors d'autopsies...

 

C'est à lire ici (anglais):

 

http://outbreaknews.com/2012/10/14/indian-boy-vomits-4-live-fasciolopsis-buski-flukes-case-report

 

et ici:

 

http://www.atmph.org/article.asp?issn=1755-6783;year=2012;volume=5;issue=4;spage=403;epage=405;aulast=Mohanty.


Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article