Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Santé Naturelle
  •  La Santé Naturelle
  • : Cultiver la Santé Naturelle pour Être et Demeurer Naturellement Sain
  • Contact

La Santé Naturelle

Recherche

Soigner l'âme et le corps


L'on ne peut guérir la partie sans soigner le tout.
L'on ne doit pas soigner le corps séparé de l'âme,
et pour que l'esprit et le corps retrouvent la Santé,
il faut commencer par soigner l'âme.
Car c'est une erreur fondamentale des médecins actuels
de, dès l'abord, séparer l'âme et le corps.

- Platon - 427-347av. J.C - "Les Charmides" -

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 17:51

 

Qu'est-ce que la "Santé par soi-même"?

Pourquoi et comment la pratiquer?

 

"Notre Santé est chose bien trop importante
pour la confier aux seuls médecins."

- François-Marie Arouet, dit Voltaire -


"Prenez soin de vous,

n'attendez pas que les autres le fassent!"


- Jean-Jacques Crèvecœur -
 

Introduction

Nous vivons une époque formidable. La connaissance est accessible à tout le monde.

Le présent article a pour objet de définir le concept de "Self Health" - "Santé par soi-même".

Lorsqu'un être humain, du fait de multiples possibles circonstances, a un quelconque problème de santé (appelé maladie) il a plusieurs possibilités devant lui:

1) Il ne fait rien, au risque de demeurer malade, voire de mourir.

2) Il s'en remet aveuglément à l'institution médicale dominante dans son pays.

3) Il décide de tout faire pour comprendre ce qui lui arrive et de lui-même se prendre en charge.

Au niveau spirituel - ou niveau de causalité - les problèmes sont très simples; tout dépend du vouloir.

Au niveau animique - ou premier niveau de conséquences - les choses sont déjà sensiblement plus complexes, parce que l'âme humaine n'est pas toujours simple.

Au niveau corporel (physique) - le deuxième niveau de conséquences -, les choses sont encore beaucoup plus complexes parce que là interviennent aussi toutes les lois - les lois ramifiées - de la Biologie.

à noter qu'en ce qui concerne le mental, il n'y a pas réellement de "niveau"; le mental - c'est-à-dire l'intellect -, lorsqu'il est dominant, bloque simplement la communication normale et entre les niveaux spirituel et psychique et le niveau physique, ce qui, bien évidemment, vient fortement contrarier les processus naturels de guérison.

Le concept de "Santé par soi-même"  ou "Autoguérison"

Si l'expression "Santé par soi-même" - quoique inusuelle, est claire, le mot "Autoguérison" , plus évident en français courant, doit pourtant être clarifié, car il peut s'avérer être ambigu.

Au niveau spirituel, contrairement à ce que beaucoup s'imaginent, il n'y a pas réellement d'"autoguérison"; l'être humain doit seulement s'ouvrir à la Force pour Guérir, mais il n'est pas l'Auteur de la Force, il ne la produit pas et elle n'est pas en lui. La Force est guérissante, pas l'être humain lui-même. Le concept juste est donc simplement "Ouverture à la Force" et rien d'autre.

Par contre, terrestrement considéré - ce qui est l'objet du présent article -, si le mot "Autoguérison" se réfère à ce qu'Albert Schweitzer appelle le "médecin intérieur" agissant dans le corps, que peu connaissent et qui, pourtant, "fonctionne si bien", alors, oui, l'on peut dire que le corps s'auto-guérit, ce qui est déjà facile à vérifier lorsque l'on voit une coupure cicatriser spontanément.

Il y a aussi un autre sens possible, en français, pour le concept d'"Autoguérison" c'est celui tel qu'en parle, par exemple, la Doctoresse Hulda Clark. Il signifie déjà "Auto-Soin" (prendre soin de soi-même, donc de son âme et de son corps) ou encore "Auto-Cure" (se soigner, faire ce qui est nécessaire pour parvenir à la Guérison), ou, encore mieux dit, "Santé-par-soi-même", et c'est ce sens-là que nous voulons développer ici.

Terrestrement, il se fonde sur un constat de base: "J'ai un corps" et aussi "Mon corps est à moi". C'est donc fondamentalement d'abord à moi - et non à des tiers, fussent-ils bardés de toutes sortes de diplômes - d'en prendre soin.

Lorsque la Doctoresse Clark a mis au point ses thérapies de soin pouvant être regroupées sous l'appellation générale "La Cure de toutes les maladies" elle s'imaginait peut-être candidement au départ que la communauté scientifique et, à la suite, tout le public, allaient s'enthousiasmer pour ces nouvelles découvertes extrêmement encourageantes. Lorsqu'elle s'aperçut que non seulement ce n'était pas le cas mais qu'elle était en butte à une forte hostilité d'une grande partie du "corps médical" globalement considéré, elle rechercha le moyen de pouvoir secourir les malades sans, autant que possible, devoir encourir les foudres de la profession médicale et des autorités administratives de la santé.

Sa réponse à cela fut la définition du concept d'"Autoguérison" - en langue anglaise "Self-Health" [littéralement "Auto-Santé"] - compris comme la mise en œuvre de tous les moyens terrestres permettant à un malade de parvenir par lui-même à la Guérison. Outre le fait que cela développe le sens de l'Autonomie - qui n'est autre que la forme terrestre de la Liberté -.

Ainsi défini, le concept d'Auto-Guérison implique trois points importants:

- Le Droit de Savoir

- La Liberté de Choisir

- La Responsabilité personnelle pour sa propre Guérison.

Au sujet de la "Self-Health" ["Santé par soi-même" ou "Auto-Guérison"], dans  son livre "La Cure de toutes les maladies" ["La Guérison est possible"]  la Doctoresse Clark écrit:

"L'objectif de ce livre est de vous rendre capable de poser des diagnostics et de vous traiter vous-même, quelle que soit la maladie. Vous avez trois nouvelles approches qui feront de ces vœux une réalité; la compréhension du fait que [biologiquement] seuls les parasites et les polluants vous rendent malades; le circuit de diagnostic rapide [le Syncromètre] le moins cher vous permet de savoir de quels parasites et polluants il s'agit, et le "Zapper" ou les recettes de plantes qui tuent les parasites.

Ne serait-il pas beau que l'on ne soit pas obligé d'aller voir un médecin pour ses douleurs? Et d'être indépendant du diagnostic et du traitement du médecin?"
 

Auto-Guérison signifie se garder en bonne santé
en faisant soi-même
[l'essentiel de] ce qui est pour cela nécessaire.


"Supposons que votre médecin ait déjà diagnostiqué que vous avez une SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique) ou une aplasie métastable de Sclérose latéral Amyotrophique. Pouvez-vous, pour vous guérir, refaire le diagnostic vous-même? Et le réussir? Pourquoi pas? Vous avez déjà réussi dans différentes entreprises.  Vous avez appris à parler, à marcher, à lire, à aller avec les gens. Cela demande quelques années pour être maîtrisé. Apprendre à bien se porter est un nouveau savoir. Cela prendra aussi quelques années. Lorsque vous l'aurez maîtrisé, vous le transmettrez aussi à vos enfants. Et ainsi un nouveau don est fait à l'humanité, comme le don de savoir jouer de la musique ou bien l'art de cuisiner."

Dans le Prologue de ce même livre elle écrit aussi:

"Depuis des temps immémoriaux le malade a été pris en otage pour son argent ou ses avantages. Les médecins (..) s'entourent de mystère lorsqu'ils utilisent les médicaments (…) pour aider le malade à recouvrer la santé. Aujourd'hui, l'industrie médicale (les médecins, leurs fournisseurs et assureurs) prend une part significative du salaire des travailleurs. Ne serait-ce beau s'ils pouvaient se remettre au jardinage ou à d'autres inépuisables entreprises d'importance vitale? Ne serait-ce pas merveilleux si le malade pouvait faire de même?"

Et dans la Conclusion de ce même ouvrage elle ajoute:

"La bonne nouvelle est que notre corps peut recouvrir sa souveraineté en éliminant ces vauriens [les parasites et les toxines]. Nous devons l'assister en éliminant les polluants. Heureusement, nous n'avons pas à faire tout le travail, nous avons seulement besoin d'assister.

"En réduisant les maladies chroniques à deux problèmes cela devient maniable et plus facile à gérer. La santé revient et vous récompense." (…)

"Les tragédies de la chirurgie, les greffes d'organes, les irradiations [radiothérapie], les chimiothérapies, les doses de médicaments, même la mort, peuvent être évités. Changer la maladie en bien-être devrait être l'excitante aventure de votre vie."

Alors, que faut-il donc faire pour soi-même prendre sa propre santé corporelle en mains? En fonction de sa thérapie  elle le résume ensuite très simplement et très clairement:

- "Tuer vos envahisseurs d'une simple manière: vous devez simplement acheter ou construire l'appareil [un Zapper] qui peut le faire et prendre les plantes appropriées [Clous de Girofle, Absinthe-Armoise-Artémise/Quassia/Aspidium Felix]."

- "Nettoyer vos prothèses dentaires est sous votre contrôle, de même qu'une dépense financière qui n'est pas au-delà de votre portée, espérons-le.

- "échanger vos produits d'hygiène corporels [pollués] contre des produits non pollués [par exemple, les produits Sanctum, qui sont testés au Syncromètre et ensuite validés comme appropriés à une utilisation humaine sans risques selon les critères de la Doctoresse Hulda Clark] est une tâche non insurmontable.

- "Nettoyer votre environnement doit être la pierre d'achoppement. Si vous ne pouvez pas dépolluer votre air, votre eau, vos tapis et vos meubles, partez! Quittez ce lieu pour une demeure plus saine! Débarrassez-vous de tout. Tout comme la chatte qui déplace ses petits à un endroit plus sûr, juste partir. (…)

- Asseyez-vous dehors, à l'ombre, toute la journée.

- Utilisez une nouvelle sagesse et des yeux clairvoyants pour choisir une demeure la moins polluée possible.

- Pas de réfrigérateur dans la pièce.

- Pas de climatiseur de fenêtre.

- Pas d'isolation en amiante.

- Pas de combustibles fossiles [pétrole, fuel-oil, charbon].

- Pas de garage collé à la maison.

- Pas de tapis ou de meubles rembourrés [capitonnés].

- Pas de matelas en mousse.

- Pas de peinture fraîche.

- Pas de pesticides.

Devenez simples. La santé est primitive. Vous êtes nés primitifs, en bonne santé. Même si vous ne l'êtes pas, vous pouvez réparer beaucoup de dommages "congénitaux"."

Au dos du livre (page 4 de couverture):

"Vous n'avez pas besoin d'ordonnance de médicaments coûteux et dangereux pour vous débarrasser des causes de votre maladie. Une fois que vous savez ce contre quoi vous luttez vous pouvez choisir les méthodes médicinales ou électroniques, ou encore l'évitement."

Voici, maintenant, le Prologue de "La Cure de tous les cancers":
 

Depuis Des Temps Immémoriaux, Les Gens En Charge
De La Santé Retiennent Les Malades En Otage.


"à cet égard, sorciers, guérisseurs et guérisseuses, herboristes et cliniciens sont à mettre dans le même sac. Ils souhaitent garder pour eux l’information relative à la maladie et à la santé, la maintenir hors de portée du commun des mortels, favoriser ainsi l’émergence de la profession médicale et en faire une occupation lucrative."


"L’herboriste ne révélait pas quelles plantes étaient en mesure de soulager le rhume ou de provoquer les règles (pour le contrôle des naissances) de peur de voir les gens dans le besoin se les procurer eux-mêmes et ne pas avoir besoin de ses services (ni de le payer). Le corps médical moderne fait peu cas de l’information relative à la prévention; il s’efforce de rendre illégal l’automédication, le fait de se soigner soi-même et de suivre des traitements simples. Tous ses membres œuvrent dans le même sens: développer et agrandir leur profession. Pareille attitude semble particulièrement inopportune lorsque l’on a affaire à des maladies contagieuses ou courantes."
 

L’exemple suivant est tiré d’un texte sur l’herboristerie :

"Ceci [ce bain] ne présente aucun danger. Placée sous le signe du bon sens, cette procédure s’avérera des plus profitables pour les obèses qui souhaitent maigrir en toute tranquillité. Associé à la prise de décoction de Fucus, ce traitement particulièrement bénéfique aux personnes affligées d’un énorme surpoids ne devrait pas être vendu à un prix trop modique. C’est une grave erreur de ranger ce traitement scientifique dans la même catégorie que les remèdes de charlatans qui abondent sur le marché. C’est aussi une erreur de révéler à votre patient la nature des produits que vous utilisez. Si certains la commettent, ils perdront leurs clients qui s’empresseront d’aller se ravitailler eux-mêmes dans une pharmacie."
 

Je crois qu’il est immoral de retenir les malades en otage.
Il faut mettre un terme à cette pratique fondamentalement contraire à l’éthique.

"Cela ne relève pas que de la moralité. Il y a aussi un aspect pratique à cette question. Il serait beaucoup plus profitable à la société d’aider les malades à rapidement recouvrer la santé afin de leur permettre de participer à nouveau au plus vite à la productivité. Une société en bonne santé nous est à chacun des plus bénéfiques. De la même façon, une société malade nous cause un tort considérable, même si elle se trouve aux antipodes. Avec ce livre, j’espère livrer le plus de secrets possible sur l’origine et la guérison de tous les cancers, en faisant passer la vérité avant les «préoccupations professionnelles».

L’espèce humaine ne peut plus se permettre de faire de la maladie une source de profit, une affaire qui rapporte. La possibilité de voyager dans tous les coins du globe ramène notre planète à la taille d’un jardin. Si nous voulons garder le nôtre propre, les voisins doivent veiller à ce que le leur demeure également en parfait état. Il en va de même pour ce qui est de protéger notre corps des virus, bactéries et autres parasites. Nous devons tous échapper à leur emprise. Le concept étroit d’une santé réservée à un corps professionnel limité est dépassé.

 

Pour moi, ce livre ["La Cure de tous les cancers"] est un cadeau que je fais à l’humanité. Je m’engage devant le public et le secteur privé de la communauté médicale à ne pas supprimer cette information, mais à la répandre, sans me soucier des embarras ou des inconvénients inhérents à la simplicité et à la nouveauté de la cure. Mon seul critère est que cet ouvrage satisfasse votre exigence en matière de vérité."

Et voici, maintenant, le dernier chapitre du livre, un "Espoir pour l'avenir", incitant notamment à transférer les prérogatives des "professionnels" vers les "non-professionnels":

Espoir pour l’Avenir

"La société humaine cherche à découvrir l’origine du cancer depuis un siècle et elle n’y est pas parvenue, alors que :

- la mission en a été confiée à la fine fleur de nos chercheurs dans les domaines académique, médical et industriel;

- ils avaient des contrats et possédaient un monopole;

- ils disposaient d’incroyables fonds."

"étant donné que la véritable cause du cancer pourrait bien avoir été découverte par une personne ordinaire raisonnablement intelligente, laquelle a fait des études secondaires et disposé de peu de moyens, si seulement la loi le permet, j’incite la société à retirer la confiance, les avantages et les ressources qu’elle a accordés aux institutions susnommées pour ouvrir le champ d’investigation relatif à l’amélioration de la santé aux non-professionnels qui se consacrent à cette tâche."

"La loi devrait autoriser les non-initiés à présenter au public toute forme d’approche de la santé non invasive – astrologie, magnétisme, radionique, homéopathie, y compris l’usage des appareils décrits dans cet ouvrage – à condition que les qualifications du thérapeute, ainsi que ses méthodes et les tarifs qu’il demande soient connus à l’avance."

"De la même façon que nous jouissons de la liberté de choisir les solutions religieuses qui nous paraissent les mieux adaptées à notre bien-être spirituel, nous devons absolument être LIBRES de faire de même pour ce qui est de notre bien-être physique."

"La liberté religieuse a été acquise de haute lutte. Bien des gens sincères et intelligents s’y opposaient et s’y opposent toujours aujourd’hui, parce qu’ils estiment qu’il n’est pas moral d’autoriser des gens à choisir le « mauvais» chemin spirituel. De la même façon, le gouvernement adopte des lois pour «protéger» les citoyens et les empêcher de choisir une voie thérapeutique «mauvaise» (non professionnelle). Mais ces lois nous ont empêchés de découvrir le moyen de guérir le cancer (à moins que vous ne comptiez parmi les guérisons les « rémissions de cinq ans»)."

En écho à ces propos le lecteur prendra aussi utilement connaissance de la vision de bon sens prônée par la journaliste Sylvie Simon, dans son article "La décadence de notre médecine".

Et la Doctoresse Clark de poursuivre:

"Je préconise l’abrogation de ces lois. La liberté en matière de religion a profondément marqué la structure religieuse sur la terre ; la liberté de choisir soi-même les solutions aux problèmes de santé pourrait avoir un impact aussi considérable. "

"La seule raison qui me pousse à publier ce livre et à ne pas faire breveter les nouveaux appareils que je présente dans ces pages, c’est que je souhaite promouvoir l’Autogestion de la Santé. Cette autogestion signifie la Liberté en matière de santé – non seulement la liberté de consulter les praticiens officiels (les médecins), mais aussi celle de recourir à des ressources pour l’instant illégales en s’adressant à des conseillers en santé, des chercheurs, des techniciens, et d’autres thérapeutes. Cela signifie la liberté de choisir et de demander ses propres analyses et d’en recevoir soi-même les résultats."


"Si vous avez la cheville enflée et douloureuse après une chute et que vous allez aux urgences, vous ne pouvez pas demander une radiographie, même s’il est évident qu’il faut en faire une. C’est un médecin qui doit le décider (et, en plus, il vous fera payer sa note). Ensuite vous n’avez pas le droit de regarder le cliché (seuls les médecins peuvent poser un diagnostic). Et essayez seulement d’obtenir un double de votre dossier médical ; le praticien qui s’occupe de vous insistera pour l’envoyer à votre médecin (de peur que vous n’interprétiez les résultats de travers). C’est la même histoire pour les analyses de sang, d’urine, et les tests hormonaux. Les non-initiés sont capables de comprendre une grande partie de ces informations, et d’en apprendre même encore plus par eux-mêmes, si on les y incitait, au lieu de leur servir sans cesse des interdictions."


"Parce que, par sa nature même, l’Autogestion de la Santé sape l’existence de la profession médicale telle que nous la connaissons actuellement, les partisans de l’Autogestion de la Santé qui, nous l’espérons, constitueront bientôt la majorité, ont besoin d’être protégés de la colère légale des institutions médicales, lesquelles s’efforcent de conserver la haute main sur ce domaine."


L'un des principaux obstacles, autres que légaux, à l'Auto-Guérison est le fait que la personne malade, outre le fait qu'elle est déjà physiquement et psychiquement affaiblie par sa maladie, la fatigue, les douleurs, l'impotence plus ou moins prononcée, doit, encore en plus, en dehors de la présence à côté d'elle d'un thérapeute dûment qualifié en santé alternative, se documenter par elle-même sur les méthodes naturelles alternatives, lire des livres et des informations sur Internet ou ailleurs, se procurer les appareils et les produits naturels qui lui sont nécessaires pour les cures ou les soins, ce qui pourra sembler au-dessus des forces de beaucoup.


C'est là que l'entourage du patient peut jouer un très important rôle. à ce sujet dans le "Manuel de Laboratoire Scientifique du Syncromètre" (le Syncromètre est un extra-ordinaire outil pour le Self Health!), après d'importantes explications au sujet du "Skin Zapping", il est possible de lire ceci:
 

"évidemment, comme un escargot, la maladie tumorale se disperse, dans la société, comme les pestes des jours médiévaux. Bonne nouvelle pour les médecins, peut-être, jusqu'à ce qu'eux-mêmes ne soient, à leur tour, atteints."


"Il serait mieux de former des profanes. Les profanes intéressés ont la flexibilité et l'adaptabilité qu'un professionnel de médecine n'est pas supposé avoir. Les membres de la famille et les amis ont le dévouement et l'endurance nécessaire pour sauver un cancéreux mourant. Aucun professionnel de la santé ne peut les avoir."


"C'est mon espoir que les nouveaux professionnels profanes en entraînent d'autres dans des séminaires et des ateliers pour rapidement étendre la portée de personnes techniquement performantes disponibles pour les malades et les mourants."  (édition française, page 131).

Quant aux Règles devant être suivies par les thérapeutes en Self Health on peut trouver, à la page 115 (édition française) du même ouvrage, une formulation, par la Doctoresse Clark, de la Règle n°1 - analogue au Serment d'Hippocrate - à observer par un thérapeute en Santé naturelle de sorte à inspirer confiance aux patients expérimentant, sur son conseil, de nouvelles thérapies naturelles:

"Je crois que ces règles sont, quelque part, plus rigoureuses que le Serment d'Hippocrate lui-même avec les médecins. Dans la règle de "Ne pas mettre en danger" le concept est tellement superficiel que chacun l'adapte à ses propres fins. Après tout, l'on doit toujours peser le danger et le bénéfice et ceci est fait avec subjectivité."

"Ma première règle du "Self Health" que je propose est: "Ne rien donner à un patient ou à quelqu'un recherchant votre conseil que vous n'ayez pris vous-même". Si vous suivez ce Serment du Self Health, le patient se sentira assuré qu'il est dans de sûres et honnêtes mains. Vous ne souhaiterez pas prendre de gouttes de Lugol et vous n'en avez pas besoin, mais, voilà, vous devez passer par cette misère mineure qui vous rend honnête lorsque vous dîtes: "Ce n'est pas très déplaisant, même pour un enfant, mais arrêter votre respiration en le prenant vous aiderait"."

"Ce premier Serment ne signifie pas une vague généralisation comme le Serment d'Hippocrate. Il lui ressemble littéralement. Sur chaque feuille de description lister les suppléments et les procédures, une colonne est laissée pour vérifier si le/la thérapeute l'a fait lui/elle-même ou pas. Ceci ne signifie pas que des quantités identiques ont été prises pour des durées identiques, mais seulement que l'article ou le produit a bien été essayé {par le thérapeute}."

L'on voit ici qu'un patient pratiquant la "Self Health" - c'est-à-dire, au lieu de se comporter comme un zombie irresponsable, en prenant en charge lui-même la responsabilité de sa propre santé - peut quand même être aidé par un thérapeute, ainsi que, bien sûr, par son entourage aimant.

Mais sa démarche n'en est pas moins complètement différente de celle du "patient courant". Car ce "nouveau patient"-là:

- Ne cherche pas à rejeter sur autrui la responsabilité de sa maladie mais l'assume pleinement;

- Ne remet pas aveuglément son sort entre les mains d'un "spécialiste";

- Ne cherche pas systématiquement des coupables en dehors de lui-même si la thérapie qu'il a choisie devait présenter des alea ou même échouer;

- Recherche d'abord en lui-même et dans son propre mode de vie les causes de sa maladie;

- Prend conscience que les éléments toxiques et pathogènes présents dans son corps s'y regroupent en fonction de la loi universelle d'attraction du genre semblable de sorte qu'ils arrivent à y former des regroupements appelés "grosseurs", "tumeurs", "tumescences", "excroissances",  "protubérances", "kystes", "abcès", "pustules",  "boutons", "bubons", etc.

- Reconnaît que sa maladie physique a aussi des causes plus profondes que les simples causes environnementales (même si, bien sûr, celles-ci jouent aussi un rôle important!);

- Reconnaît que la maladie du corps est donc fondamentalement une conséquence de la maladie de l'âme et que s'il est bien et important de guérir aussi le corps le plus important est, toutefois, de guérir l'âme.

Ainsi il se donne à lui-même toutes les chances
de parvenir à une Guérison intégrale.



Shook, Dr. Edward E., Advanced Treatise in Herbology [Grand traité d’herboristerie], Trinity Center Press, 1978, p. 172.

0
0

Partager cet article

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans La Santé Naturelle
commenter cet article

commentaires

Gaston Gaudreau 01/04/2010 23:12



J'apprécis votre documentation, néenmoin, pour ce qui est de l'âme, tous ce qui ce meut sur la terre à une âme, donc l'âme fait partie du corp et vis versa, il y a sept milliars d'âmes humaine
sur Terre, donc sept milliars de corps humains. Pour ce qui est de l'esprit ce n'est pas une âme.



La Santé Naturelle 14/09/2012 00:27



Bien sûr, l'on pourrait aussi se lancer dans des débats théologiques, mais le propos de ce site demeure plus pragmatique et évite les assertions catégoriques.
Esprit, âme et corps, trois niveaux de réalité. A l'arrivée il ne reste que l'esprit...