Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Santé Naturelle
  •  La Santé Naturelle
  • : Cultiver la Santé Naturelle pour Être et Demeurer Naturellement Sain
  • Contact

La Santé Naturelle

Recherche

Soigner l'âme et le corps


L'on ne peut guérir la partie sans soigner le tout.
L'on ne doit pas soigner le corps séparé de l'âme,
et pour que l'esprit et le corps retrouvent la Santé,
il faut commencer par soigner l'âme.
Car c'est une erreur fondamentale des médecins actuels
de, dès l'abord, séparer l'âme et le corps.

- Platon - 427-347av. J.C - "Les Charmides" -

30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 01:08

 

Comment toutes les tumeurs débutent-elles?

 

Dr Clark

 

Étape N°1

Dans un petit coin de la glande hypothalamus est en cours une explosion silencieuse. De nombreux fragments minuscules s’enfuient de l’hypothalamus. Des cellules de l’hypothalamus finissent dans le sang, dans la lymphe, dans la salive. Elles coulent, sans être dérangées, dans le sang, côte à côte avec les globules rouges, les globules blancs, les plaquettes, sans rencontrer d'opposition.

L'on pourrait imaginer que ces cellules, déjà séparées et si lointaines de l’organe (générateur) d’où elles proviennent, devraient mourir. Mais nos leucocytes ont été instruits à protéger - jamais à manger ni à attaquer - les cellules faisant partie de notre corps. Si quelques-unes de nos cellules mourraient, alors elles viendraient à être directement dévorées. Est-ce que le fait qu’elles soient vivantes les préserve de ce destin? Elles ne mourront jamais? Causent-elles des dégâts?


Étape N°2

Pas très loin de là, dans une petite partie de l’hypophyse une autre explosion de tissus est en cours. L’hypophyse est une espèce de bille suspendue à l’hypothalamus dans le plancher du cerveau. Elle se trouve suspendue juste au-dessus de votre palais. L’explosion de l’hypophyse est indépendante de celle de l’hypothalamus. Chacun des deux phénomènes pourrait apparaître avant ou après l’autre.

Maintenant deux organes subissent le phénomène du détachement. Des petits bouts de la glande ce détachent et coulent avec les fluides du corps. Combien de temps vivront ces fragments minuscules? Aucun leucocyte ne les mangera à moins que ils ne soient morts. Pour les tuer, le complément doit arriver.

 

Le complément C 3

Une partie de notre système immunitaire s’appelle «Complément». Dans cette partie l'on trouve plusieurs acteurs qui se nommes C1, C2, C3 etc. Chacun participe à ce drame quotidien: ils entourent certaines bactéries, ils les placent dans une position de vulnérabilité et ils les passent au fil de leurs épées. Il faut se rappeler que les bactéries sont mille fois plus grandes que les molécules de Complément. L’entreprise de ces dernières est spectaculaire. L’hypophyse et évidemment le complément ont le rôle de détruire les cellules qui s’enfuient de l’hypothalamus.


Le Synchromètre détecte d’abord les C3 attachés à ces cellules.

Toutes les cellules qui s’enfuient restent attachées au complément C et arrivent à être transpercées. Il parait que les cellules vivantes en fuite doivent d’abord être identifiées et ensuite être «préparées» pour que les leucocytes puissent les attaquer et les manger.

Bientôt le sang, la lymphe et la salive sont nettoyés des divagantes cellules qui se détachent de l’hypothalamus et de l’hypophyse.

Ensuite,  il arrive une autre inondation de cellules qui s’enfuient et puis une autre, comme si un ouragan après l’autre les avait détachées et laissées libres de circuler. Le complément C peut avoir des difficultés à suivre le pas pour les transpercer. Après que ces molécules C3 aient exécuté leur travail, elles seront inutilisables. Même phénomène que pour les abeilles après qu'elles aient utilisé leur aiguillon. Ensuite les molécules de C3 viennent à être dévorées par les globules bancs avec leurs cellules endommagées. Le corps doit produire d’autres C3. Il se peut que, dans cette situation, il soit nécessaire qu’il en produise une quantité 10 fois supérieure à la normale et qu’il maintienne ce rythme pendant plusieurs jours; la quantité peut même arriver jusqu'à atteindre 100 fois plus que la normale.

Il se peut que le corps n’arrive plus à satisfaire cette énorme demande de C3! Alors, les deux types de cellules cérébrales circulent librement côte à côte, dans les fluides du corps. Communiquent-elles entre elles? Lorsqu'elles se trouvent dans leur glande cérébrale, normalement elles le font.


Les cellules de l’hypothalamus et celles de l’hypophyse s’unissent

Il se peut qu’elles se touchent souvent durant le trajet. Peut-être y a-t-il une attraction? Peut-être sont-elles simplement collantes? Soudainement, le Synchromètre détecte de petits couples constitués en partie d'hypothalamus et en partie d’hypophyses. Elles ont fusionné. Maintenant, les couples et les cellules simples circulent. Imperturbable, le complément attaque aussi les couples et essaye d’éliminer les cellules simples et les couples. La demande de C3 dans le corps augmente.

Étape n° 3

À peine au-dessus et légèrement à droite du nombril il se trouve la «tête» du pancréas qui s’étend vers la gauche du corps. Ici aussi s’active la même force maléfique. Il débute l’érosion des tissus du pancréas: ses cellules commencent à se détacher et coulent avec les fluides du corps.

À l’improviste se forme une «avalanche». Les couples qui s’était auparavant formés adhèrent et se fondent aux nouvelles cellules libres du pancréas pour former des triplettes. Elles se positionnement ainsi: les cellules du pancréas s’attachent à la partie du couple faite d’hypophyse et pas à celle faite d’hypothalamus. Le complément essaie à nouveau de tuer les triplettes ainsi que les couples et les cellules simples. Et, à la fin, il n’y a plus de complément: les cellules simples qui proviennent des trois organes, leur couples et leur triplettes remplissent les fluides du corps. Le Synchromètre les trouvent dans la salive, dans le sang, dans la lymphe et dans le liquide cérébrospinal.

La lymphe est un liquide qui ne coule pas dans nos artères ou dans nos veines, elle se trouve autour de nos organes, elle les mouille et veillent à tous leurs besoins quotidiens. Une partie de l’espace qui entoure les organes s’appelle «matrice», vu qu’elle contient quelque chose en plus que les autres fluides. Près de nos cellules il y a un filet de fibres liées autour de nos cellules et entre une cellule et l’autre. Sa fonction est comme celle des cordes et des ancres pour maintenir toute chose bien fixe et assurée à sa place.

Le liquide cérébrospinal est une lymphe pour le cerveau, elle l’entoure, le mouille et elle le soigne. Plus tard, elle en sort, circule dans tout le corps pour retourner au cerveau, et le cycle se répète continuellement. Les fragments de tissus dispersés traversent un organe après l’autre en coulant avec les fluides dans nos artères et nos veines, dans la lymphe et dans le liquide cérébrospinal (CFS). Dans la lymphe et dans les mailles en forme de filet de la matrice, les fragments voyagent beaucoup plus lentement au fur et à mesure qu’ils s’approchent de nos cellules. Mettent-ils en péril nos cellules? Vu qu'il n’y a plus de complément qui aide, maintenant les leucocytes doivent recourir à d’autres tactiques pour les tuer: l’oxyde d’azote vient à être utilisé comme arme chimique. Cette substance est présente chaque fois que le complément s’est épuisé. Mais toutes ces tactiques agissent «trop peu et trop tard». Elles ne contrôlent pas la vague de fragments de tissus qui inondent le corps.

Pourquoi cela est-il arrivé? Comment cela est-il arrivé? Que-ce qu’il va se passer? Est-ce que c’est dû à l’inflammation? Pourquoi ces organes étaient-ils enflammés? Pourquoi n’y avait-il pas de symptômes?

Le lait de vache contient toujours des cellules de la mamelle (sein). Quand la vache a une mastite (infection de la mamelle), elle a une quantité beaucoup plus grande de ces cellules libres en circulation dans son corps et dans le lait. Pour «compter» ces «cellules somatiques» l'on utilisera un dispositif particulier. La mastite est causée par les bactéries de staphylocoques. Est-ce un indice?


Les déserteurs s’établissent

Tôt ou tard, un quatrième organe suivra la tendance et commencera à avoir ses propres micro-explosions. Si nous ne savons pas ce qui les cause, nous ne pouvons pas les arrêter. Tout à l’heure nous étudierons cet argument.

Maintenant même les cellules d’un quatrième organe se détachent pour s’unir à toutes les autres qui circulent déjà dans les fluides du corps. Soit de la prostate, soit du sein ou d’un autre organe, les nouvelles cellules libérées viennent continuellement ajoutées à celles qui voyagent déjà dans le torrent sanguin. Le quatrième organe est différent des trois autres: il fabrique de la colle. Ils se produisent des substances collantes appelées fibronectine, laminine et cadherine E et aussi des fils très minces. Ces substances collantes s'exsudent des cellules de l’organe comme s’il s’agissait de nique collante, qui forment ainsi une espèce de piège.

Pendant que la minuscule triplette traverse l’organe, submergée dans le liquide qui la transporte, elle est ralentie par la colle. La triplette s’attache immédiatement aux cellules du quatrième organe: elles se fondent. Ainsi se forment les quartets! Le quatrième organe a des triplettes attachées partout. Elles ne se délieront jamais. Beaucoup de nouveaux «quartets» seront transportés par les fluides, comme on fait les triplettes auparavant. Mais plusieurs quartets restent là empiégés dans la matrice collante du quatrième organe. Ce quatrième organe constituera la «tumeur primaire». La triplette s’attache seulement à un organe qui a trop de fils de fibronectine, de laminine et qui a la cadherine E, soit la colle.

Mais pourquoi a-t-il été produite autant de colle? Il est normal après tout d’en avoir en peu – et il est normal d’avoir aussi un peut de laminine et fibronectine. L’excès de production advient seulement quand des parasites complètement différents et indépendants vivent dans les alentours. Où qu’existent ces parasites, ces trois substances sont produites en excès. Probablement ceci sert aux parasites pour ne pas être emporté facilement par les fluides du corps amphitryon. Mais la triplette y est empiégée, comme une phalène dans une toile d’araignée, et en suit elle se fond avec les cellules du quatrième organe.

La triplette formera le point exact où la tumeur croîtra, c’est pour ça que j’appelle ceci le nucléus de la tumeur. Les parasites sont les Fasciola et Ascaris communs, et aucun autre! En plus les parasites Fasciola et Ascaris augmentent au fur et à mesure que le système immunitaire vient à êtree détruit par l’eau de Jjavel. Ceci fait partie de l’augmentation de parasitisme que l’on observe avec la destruction de l’immunité. La Fasciola est un autre parasite plat, aussi facile à tuer que le Fasciolopsis. L’Ascaris est un nématode (ver cylindrique), et il est plus difficile de le tuer que les autres parasites plats. Les substances collantes qui empiégent les cellules, soit la fibronectine, la laminine e la cadherine E peuvent être digérées. Nos ordinaires enzymes digestifs, que l’estomac et le pancréas produisent, peuvent les digérer en quelques jours. Normalement nous le faisons, mais pourquoi cette fois-ci nos organes digestifs ne l’ont pas automatiquement fait?


La tumeur primaire

La première tumeur que vous, ou votre médecin trouvez, s’appelle «tumeur primaire». Dans quel organe elle se trouve, c’est votre première tumeur, donc tumeur primaire. Toutes les autres dériveront d’elle. Si la tumeur est au sein, il y aura un nucleus tumoral de cellules d’hypothalamus, d’hypophyse et de pancréas fusionnées avec celles du sein. Chaque tumeur, qui a été étudiée et examinée jusqu’à présent, a le même nucleus. Et l’ordre est toujours le même : hypothalamus, hypophyse, pancréas et ensuit l’organe où se développe la tumeur primaire.

Même les cancers non tumoraux comme la leucémie, l’éosinophilie ou la trombocytose, ont le même nucleus tumoral dans la moelle épinière, les glandes lymphatiques ou la rate. Ces cancers restent dispersés au lieu de former des masses solides. Les masses qui se forment loin d’un organe, comme la maladie de Hodgkin, et les masses abdominales simples possèdent le même nucleus tumoral que celui qui est attaché aux cellules des glandes lymphatiques. Ces dernières ont été enveloppées dans ce point-ci par un parasite de Filaria. Le nucleus tumoral est ce qui donne la force de croissance à chacune de ces tumeurs.

Bientôt, il y aura des authentiques petites tumeurs partout où le nucleus tumoral se fondra avec les cellules de l’organe. Ensemble ils forment une espèce de grappe, en donnant l’impression qu’une cellule a commencé tout le procès. Mais les nucleus tumoraux sont nombreux.
En ce moment la Période du Milieu commence, dans la quelle la tumeur commence à accumuler du matériel et à croître. Maintenant la destruction de l’immunité par l’eau de Javel sera encore plus évidente. Et plusieurs autres acteurs se joindront au tragique drame.

Est-il facile d’empêcher que la première étape se produise? Vu que dans ce comportement à avalanche il y a une séquence ordonnée, ne pourrions-nous pas faire de façon que (au moins une, une quelconque) aucune de ces étapes s’activent, en rejoignant ainsi notre objectif? Il n’y a pas qu’une seule façon de prévenir et empêcher le cancer, il y en a au moins une demi-douzaine. En effet, il sera possible de déraciner complètement cette maladie – aussi pour nos animaux de compagnie et animaux domestiques. Pour réaliser ceci, nous devons savoir ce qui cause l’explosion de ces organes.


Revenons à l’hypothalamus

Chaque fois que la glande cérébrale de l’hypothalamus perd ses propres cellules et les disperse dans la circulation, une extraordinaire substance chimique s’est accumulée dans l’hypothalamus. Cette substance est absente quand l’hypothalamus ne perd pas les cellules. Touts les malades de cancer ont cette accumulation, et il s’agit de la même substance pour tout le monde. Cette substance est nommée acide clorogénique, un renommé composant présent dans les plantes.

Les spécialistes en «allergie écologique» le considèrent un antigène (ou allergène). Il est connu par les botanique comme «l’intermédiaire» dans la pousse des plantes; souvent il prend part à la formation du fruits et des végétaux. Il est présent spontanément, même si la façon dont les plantes poussent et mûrissent doit certainement exercer une influence sur les substances chimiques qu’elles produisent. Aussi la manière de cuisiner les aliments pourrait avoir une influence sur ces substances chimiques. Il est très urgent de faire une recherche plus profonde sur cet argument.

Une recherche, concernant les aliments habituels que l’on mange, a révélé que l’acide clorogénique était présent dans la plupart d’entre eux. Aussi certains aliments moins diffusés le contiennent. Il est certain que nous devrions éviter à tout prix les aliments contenant l’acide clorogénique.


Aliments qui contiennent l’acide clorogénique

• Pommes de terre, sauf les pommes de terre douces
• Lait de vache et tous les produits laitiers, sauf le lait de chèvre
• Toutes les sortes de poivrons, sauf les pépins de jalapeño
• Beaucoup de sortes de fruits verts
• Café ou thé normal


Dans le cas des plantes, la cuisson très soignée détruit l’acide clorogénique, mais pas la friture. Ceci concorde avec les études que le docteur Charles Ivy [1] fit il y a cinquante ans. Selon lui les aliments qui ont été frits de quelque façon sont carcinogènes. Le docteur Ivy était le plus fameux gastro-entérologue du monde. Même les pommes chips ne sont pas sûres.

Normalement les aliments et les boissons d’origine laitière ne viennent pas cuits, mais ceci pourrait changer. Vu qu’il existe une seule chaîne d’événements qui porte au cancer, pourquoi n’arracherions-nous pas des anneaux, ou même un seul, pour l’interrompre complètement? Cette idée n’a pas encore été largement expérimentée, mais c’est une pensée tellement tentante que je ferais la liste des anneaux de la chaîne au fur et à mesure que je les trouverai.


 ARRETÊZ DE MANGER
DES ALIMENTS 
CONTENANT DE L'ACIDE CLOROGÉNIQUE

 

La liste d’aliments contenant l’acide clorogénique n’est pas parfaitement complète, mais le fait d’éviter les aliments ci-dessus donne d’excellents résultats. En 5 jours l'on ne retrouve plus aucune cellule simple provenant de l’hypothalamus éparpillée dans le corps. L’érosion s’est arrêtée. Voir la Table des aliments à la page 36.


Revenons à l’hypophyse

Une autre substance chimique extraordinaire s’est accumulée dans la glande de l’hypophyse, le voisin «de l’étage d’en dessous» de la glande de l’hypothalamus. C’est aussi une substance végétale et elle est nommée phloridzine. Elle aussi a une substance «phénolique», qui appartient à la liste des aliments antigéniques ou allergéniques. Même les allergologues alimentaires l’ont étudiée. Autrefois l'on a même découvert qu’elle est associée avec le cancer dans la plupart des cas, environ 80% des fois.

La phloridzine a été étudiée pendant plus d’un siècle même en relation avec d’autres choses. En la donnant à petites doses aux lapins, ça pouvait leur causer un diabète immédiat. Le diabète était permanent.

Dans les années 1940 et 1950 celle-ci était une façon très commune de faire les recherches sur le diabète. En ce temps là l'on ne soupçonna pas que la phloridzine était aussi du fait une cause de notre diabète, même si cette substance pouvait être extraite des pommes; aliment très commun entre les êtres humains! On soupçonna plutôt de la consommation excessive de sucre.

Le Synchromètre relève une accumulation de phloridzine dans le pancréas de tous les diabétiques. Elle se trouve juste dans les minuscules îles de tissue nommées «îles de Langerhans», où l’insuline est produite.

Banting e Best [3], les découvreurs de l’insuline durant les années 1920, ont sauvé beaucoup de vies de diabétiques. Mais l’insuline que l’on administrait n’était pas une cure résolutive, mais plutôt un remplacement. Ils n’imaginaient pas que la recherche de base sur cet argument aurait cessé à leurs morts, donc au jour d’aujourd’hui, les médecins n’ont pas encore de cure pour le diabète. La connexion avec la phloridzine des aliments et, ensuite, l’arrivée d’un parasite, le trématode plat pancréatique, et celle d'un solvant tel que l’alcool méthylique les auraient beaucoup encouragés.

Donc, pour deux raisons, nous ne devrions pas manger de la phloridzine dans nos aliments: parce que elle fait partie du développement du cancer et parce que elle mène au diabète.

Aliments contenants de la phloridzine

• Pommes, sauf les Delicious Rouges et le Golden Delicious quand elles sont très mures
• Viande de porc, jambon et dérivés
• Produits de soya, inclus l’huile de soya
• Beaucoup de sortes de fruits verts
• Bananes avec même une petite trace de couleur verte à son extrémité
• Chou-fleur, chou-rave (crus)
• Anacardes, courgettes vert foncé (crus)
• Amarante, millet (crus)

Nous devons éviter de manger des aliments avec phloridzine à fin d’arrêter la fragmentation de la glande hypophyse du cerveau (et pour protéger les îles de Langerhans du pancréas)
après avoir évité tous les aliments de la liste de la phloridzine pendent cinq jours, on relève de nouveau qu’il n’y a plus de cellules simples ou des fragments de l’hypophyse dans le sang ou dans la lymphe. Le succès est rapide. On ne trouve plus de couples ni de triplettes. Nous avons arrêté la formation des nucleus de la tumeur comme nous l'avions espéré.


 ARRÊTEZ DE MANGER
DES ALIMENTS
AVEC DE LA PFLORIDZINE

 

 

Revenons au pancréas

Encore une fois une autre substance chimique est responsable de l’explosion du pancréas à échelle microscopique. Il s’agite de l’acide gallique, une autre substance phénolique provenant des aliments. Tous les malades de cancer en ont une accumulation dans le pancréas.

La présence de acide gallique sur toutes les céréales des USA en fait le plus diffusé des trois antigènes alimentaires. Il n’est pas propre aux céréales. Nous sommes nous-même ceux qui le vaporisons sur nos céréales à cause de son effet antioxydant et antimycosique (conservant). On le met dans les huiles qui se trouvent sur les étagères des supermarchés, toujours pour son effet conservant.

Seulement certains aliments le contiennent naturellement. Par exemple beaucoup de variétés de lait, beaucoup de variétés de poulet et la plupart des œufs des États-Unis. Ils existe aussi des œufs qui ne le contiennent pas, par exemple les œufs du Mexique. Je suppose que cela dépend de la mangeaille utilisée. Ceci expliquerait aussi pourquoi le lait de vache le contient mais pas le lait de chèvre (les chèvres refusent le fourrage élaboré, comme les soi-disant «rations» et les «suppléments»). Cela expliquerait aussi pourquoi les poulets sont autant remplis de tumeurs : ils sont principalement nourris avec des céréales. C’est peut-être à cause de ça que d’autres thérapeutes ont éliminé le poulet et les œufs de la diète du malade du cancer. Une thérapeute et bactériologue, Virginia Livingston M.D., a fondé un institut basé sur le concept que le «germe» du cancer provient du poulet (et des œufs). Postérieurement nous verrons d’autres preuves qui confirment cette thèse.

Aussi l’acide gallique a été objet d’études de part des allergologues. Il cause beaucoup de symptômes allergiques, spécialement des spasmes musculaires et des crampes très douloureuses. Mais son rôle dans le cancer n’était encore pas soupçonné, et il ne cause pas de douleur au pancréas.


Aliments contenant l’acide gallique

• Tous les types de céréales, traités avec des antioxydants pour en étendre la durée sur les tablars.
• Toute sorte d’huiles traitées avec des antioxydants pour empêcher qu’ils ne deviennent rances.
• Farine enrichie et blanchie

• Poulet alimenté avec mangeailles traités (les soi-disant «rations supplémentaires») et leurs œufs

• Lait de vache et produits laitiers

• La majorité de sirops d’érable

L'on espère que, le plus tôt possible, notre Département d’Agriculture propose avec priorité des instructions et des normes qui règlementent l’élevage des animaux et leurs alimentations, en plus de la manipulation des aliments, de façon qu’ils ne contiennent pas ces trois antigènes alimentaires. Comment éviter de les manger sera notre première priorité.

 

 ARRÊTEZ DE MANGER LES ALIMENTS
CONTENANT DE L'ACIDE GALLIQUE
OU PROPYL GALLATE.

 

Les aliments qui ont été testé avec le Synchromètre® à cause de la présence de ces trois antigènes alimentaires se trouvent dans la Table des aliments ci-dessous. Nous verrons bientôt le rôle qu’ils jouent.

Après que vos tumeurs aient disparu, et pas avant, vous pourrez utiliser certains conseils et «échappatoires» pour, de nouveau, pouvoir retourner à quelques-uns des ces aliments. À ce point là vous aurez acquis de nouveaux goûts et vous serez capable de diversifier vos aliments mieux qu’avant.

 

(Extrait de: “The Prevention of all Cancers“; pages. 23-35: Copyright).

0

Partager cet article

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article

commentaires