Présentation

  • : La Santé Naturelle
  • La Santé Naturelle
  • : La santé naturelle
  • Contact

La Santé Naturelle

Recherche

Soigner l'âme et le corps


L'on ne peut guérir la partie sans soigner le tout.
L'on ne doit pas soigner le corps séparé de l'âme,
et pour que l'esprit et le corps retrouvent la Santé,
il faut commencer par soigner l'âme.
Car c'est une erreur fondamentale des médecins actuels
de, dès l'abord, séparer l'âme et le corps.

- Platon - 427-347av. J.C - "Les Charmides" -

29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 09:01

Les 5 destructeurs de l’immunité
selon la Doctoresse Clark

 


Les PCBs


Les PCBs (PolyChloroBiphényles) et le benzène sont des toxines qui restent empiégées dans les membranes de vos globules blancs. Vu que les membranes sont faites de gras et ces solvants se dissolvent dans le gras, cela explique pourquoi les PCBs et le benzène s’accumulent exactement à cet endroit et pourquoi les globules blancs perdent leur pouvoir: c'est, en effet, dans la membrane que se trouvent leur capteurs. Les sources principales de PCBs sont l’eau de javel et les aliments élaborés.


Le benzène

 

Le benzène est un autre destructeur de l’immunité.


Le benzène est devenu un énorme problème alimentaire à cause de la contamination des aliments aspergés avec des substances qui désinfectent et conservent et à cause de l’eau désinfectée avec l’eau de javel. Il arrive juste depuis votre supermarché préféré et de votre magasin d’aliments organiques.


Le benzène entre dans vos aliments aussi à travers des aromes ajoutés et des colorants. Il entre dans notre corps avec les pastilles, soit les médicaments qu’on achète sans prescription du médecin, soit les intégrateurs alimentaires ou même les médicaments qu’on obtient avec prescription du médecin.


Les colorants et les aromes ont étés extraits et fabriqués avec des solvants qui proviennent de l’industrie du pétrole, benzène y compris.

Les gents savent depuis des dizaines d’années que le benzène cause le cancer, spécialement la leucémie. Vu que le benzène est entré dans leurs membranes, nos globules blancs arrêtent de manger. La membrane est faite d’une double épaisseur de gras.


Le benzène porte à la douleur et aux saignements.


L’asbeste (amiante)


Nous nous sommes tellement concentrés sur l’asbeste contenu dans les murs et les plafonds que nous avons oublié les endroits plus communs: la nourriture et l’eau...


Quant le plus petit fragment finit dans l’eau, toute l’eau qui l’entoure se polarise au Sud. Quand un fragment, même minuscule, reste bloqué dans l'un de vos tissus, le fluide qui l’entoure, le sang et les tissus même acquièrent une polarité Sud.


L’asbeste est formé par de petits brins de paille accumulés, et chacun contiens du fer! Quand ces brins de pailles sont mangés par un globule blanc, dans le globule il entre une grande quantité de fer du genre polarisé Sud. Alors l'un de nos gènes s’active pour produire la ferritine, vu que la ferritine est la molécule de stockage de ce type de fer. De cette façon le corps emmagasine ce type de fer sans endommager l’organisme. Et bientôt une quantité trop grande de ferritine est produite, jusqu’au point de filtrer à l’extérieur du globule blanc, et en recouvrant sa membrane extérieure. Cette couverture de ferritine s’étend comme une tache de pétrole sur la mer et atteint les cellules immunitaires, qui arrêtent immédiatement de manger de l’autre asbeste ou  de n’importe quelle autre substance ou chose.


Colorants


Ils sont présents dans la nourriture et dans l’eau. Certains colorants altèrent nos valeurs hématiques, d’autres causent des œdèmes et des versements.


Métaux lourds


Les métaux sont la cinquième et dernière catégorie de toxines qui rendent impuissant notre système immunitaire, parce qu'ils détruisent la capacité des globules blancs à découvrir, poursuivre, manger et tuer nos oncovirus, les bactéries les levures et même les cellules tumorales. C’est une énorme tâche.


Dans aucun corps d’animal nous ne verrons de brillants métaux prendre part à la croissance d’un organe, et même on n’en relèvera jamais la moindre présence. D’ailleurs, même dans le monde végétal, il est impossible à un métal pur de devenir partie intégrante d’une plante. Par contre, ces brillants métaux peuvent être chimiquement transformés, en prenant une forme appelée «organique». Les atomes du métal peuvent être fortement tenus par des protéines spéciales, appelé enzymes. Après cette transformation ils serons appelés minéraux, pas métaux, même si les éléments de base sont les mêmes. Certains métaux ne serons jamais transformés en minéraux: par exemple l’uranium, le palladium, et les lanthanides. Vous pouvez les trouver dans la Table Périodique. des Eléments. D’autres exemples sont le plomb, l’antimonide, le cadmium et l’aluminium. Jusqu’à il y a peu de temps, les lanthanides étaient nommés «terres rares», ils sont quinze en tout.


Les lanthanides sont plus magnétiques que d’autres métaux, mais pas autant que le fer. Ils se présentent toujours ensemble et il est très difficile de les séparer, même avec des processus chimiques très forts. Le thulium, le gadolinium et le lanthane sont tous des lanthanides. Il doit y avoir une raison très forte pour que la Nature ait gardé certains métaux et les lanthanides en-dehors de notre corps. Est-ce parce qu’ils sont trop oxydants? Ou bien parce que ils se mettraient en compétence avec les autres minéraux? Ou encore parce que ils détruiraient notre polarisation magnétique? Nous ne connaîtrons aucune réponse jusqu’à ce que les biologistes découvrent beaucoup d’autres secrets de la vie, inclus les phénomènes électroniques et magnétiques. Jusqu’à ce moment-là nous devrons nous laisser guider par l’instinct. Le métal n’a pas un bon goût et ne donne pas une bonne sensation; ce qui veut dire que nous ne devrions pas le manger ni le porter sur la peau, même si quand on le fait, l'on ne tombe pas raide sur le coup. Les Lois de la Nature ont une sagesse remontant à des milliers d’années. Mais la Nature ne pouvait pas prévoir la «civilisation», que nous devrions souvent appeler «régression».


Le métal était tellement brillant et beau à voir que nous en sommes tombés amoureux.


Même si les métaux sont inoffensifs quand ils sont sous terre, loin de nous, nous avons creusé pour les extraire, nous les lançons même dans l’air juste pour nous amuser (les feux d’artifices du 4 juillet aux Etats-Unis remplissent l’air de strontium). On les décharge dans l’air à travers des tubes d’échappement des voitures, on les porte sur le corps comme bijoux, on se les plante dans le corps comme anneaux et piercing, on cuisine dans le métal, et on les met même dans notre nourriture. En fin de compte, l'on patauge dans les métaux.


Un métal inimaginable, l’aluminium, qui n’existe dans aucune créature vivante, a commencé à être déchargé dans nos aliments à partir des années 1880, est ça a continué jusqu’à présent. La «soi-disant» invention nommé poudre à lever pour le pain et les tourtes n'était, en effet, que de l’aluminium en poudre ajouté à un liquide: ça produisait des bulles. C’est ainsi que le pain fait avec des poudres sans levure est né. Maintenant que la maladie d’Alzheimer s’est autant diffusée, due à l’accumulation d’aluminium dans le cerveau, pour ne pas parler de l’herpès et de l’EBV (syndrome de fatigue chronique), nous devrions sérieusement ré-examiner ces faits. Aussi le fait d’ajouter de l’aluminium à toute l’eau potable avant qu’elle ne soit désinfectée, devrait être pris en considération. Heureusement, il est possible d’éliminer l’aluminium de l’eau avec un filtre à carbone fait maison ou un pot doté d’un filtre à carbone.


Notre nourriture nage littéralement dans le chrome et le nickel: tout ce qui a été mâché ou homogénéisé avec l’aide de lames métalliques qui se réchauffent durant l’opération (intégrateurs en poudre, beurre de cacahouètes homogénéisé) est contaminé par ces métaux.


Nous en assumons d’autres avec les casseroles les assiettes en plastique, en céramique ou en verre! En plus, les assiettes et casseroles relâchent aussi du mercure, du nickel, du thallium et de l’acide malonique. Le téflon et le verre relâchent de grandes quantités de thallium. Et ça n’est pas fini! Qu’est-ce qu’il y a de pire que de manger des métaux provenant de nos assiettes en plastique et des tubes en cuivre pour l’eau? Ceci: sucer les métaux, comme si c’étaient des bonbons, directement dans la bouche, jour et nuit, à travers des plombages dentaires. Les métaux dissous qui filtrent en dehors des obturations finissent dans vos amygdales, dans les glandes thyroïde, parathyroïde, dans le thymus et directement dans vos tumeurs.


Si l'on voit un enfant sucer une pièce de monnaie, d'instinct on la lui ôte immédiatement de la bouche; car l'on sait que ça lui fait du mal. Dans chacune de ces obturations il y a environ 50 métaux (voir page 328). Comment avons-nous fait, nous les adultes, pour commettre une aussi grande erreur? Votre corps arrive juste à tenir le pas avec la production des métaux lourds, résidu de vos propres enzymes, demandons-nous si il peut aussi gérerles métaux provenant des obturations dentaires.


Les métaux provenant des différentes enzymes sont: le cuivre, le cobalt, le chrome, le vanadium, l’or, le germanium, le molibdenium, le ruthénium, le rubidium, le sélénium, le magnésium, le zinc, le fer et le nickel. Ils ne dérivent pas nécessairement de nos enzymes, ils sont laissés dans notre corps par des champignons et des bactéries. Ce fait nous a tout d’un coup ouvert les yeux; au fur et à mesure que ces métaux s’accumulent en nous, ils nous volent la jeunesse, la santé et la longévité. Si ils s’accumulent d’un seul coup, nous nous trouvons dans une crise: une maladie comme le cancer. Si ils s’accumulent lentement, nous croyons que nous sommes seulement en train de vieillir et nous acceptons tranquillement le fait sans nous rebeller. En fait, ils sont nos métaux lourds «naturels», provenant de matériaux vivants (matériaux qui vivent à l’intérieur de nous-mêmes!). C’est donc évident que nous ne devrions pas en manger d’autres en plus et accélérer ainsi notre fin.


Le cuivre des tubes de l’eau, très souvent, vous apportent aussi le plomb des soudures. Si vous constatez que votre eau potable (testée avec le Synchromètre ou au laboratoire) contient du cuivre et du plomb, changez les tubes avec d'autres en PVC ou faites-les recouvrir à l’intérieur avec de la résine époxydique (époxy) (voir Sources).


Métaux lourds naturels


Un métal peut-il être naturel? N'est-il pas toujours toxique? En effet, il provient de nos enzymes exaucés. Chaque enzyme contient, à l'intérieur, un minéral. Quand l’enzyme conclut la durée de sa vie,  il est digéré. Mais avant, il est marqué par une espèce de «drapeau», une substance appelée ubiquitine, de façon à ce que vos enzymes mêmes ne se trompent pas et digèrent les substances correctes. Mais le minéral ne peut pas être digéré, donc il reste dans un petit dépôt sous forme de résidu, un peu comme quand nous laissons les os du poulet et les écorces dans notre assiette. Il ne peut pas être réutilisé, au moins pas par nous. Maintenant, il peut être appelé métal, passablement toxique, même si il s’est formé naturellement dans notre corps, tout simplement en vivant. Nous éliminons ces métaux à travers des intestins et de l’urine. Mais avant que nous les éliminions, ils pourraient être trouvés par des mycéliums et des bactéries. Certains minéraux, comme le fer, viennent à être partiellement recyclés grâce à nos processus chimiques réductifs, comme, parait-il, l’iridium.


Le nickel, le vanadium et l’or ont une histoire complètement différente. Ils n’appartiennent pas à notre corps, ils appartiennent à des formes de vie primitives comme les levures, les bactéries, les mycéliums et les parasites, qui les utilisent dans leurs enzymes mais qui vivent à l’intérieur de nous-mêmes. Le nickel est un composant de leur enzyme nommé uréas.


Les êtres vivants primitifs sont nécessaires pour rendre possible la vie: nous ne devons pas les sous-estimer. Ce sont eux qui mangent les résidus comme l’ammoniaque (la vapeur de l’urine). L’ammoniaque est toxique pour les formes de vie plus récentes comme nous. Et pourtant nous la produisons, comme sous-produits de nos processus vitaux. Nous, et d’autres mammifères, possédons des enzymes qui ont la tâche spéciale de transformer rapidement l’ammoniaque en urée, qui n’est pas toxique. Quand le cycle de l’urée est en fonction, deux molécules d’ammoniaque sont transformées en une molécule d’urée. Le foie et les reins en produisent la plus grande partie, plus tard nos systèmes d’élimination et d’excrétion se débarrasseront de l'urée. Mais il en reste toujours une petite quantité dans le sang, qui est nommé BUN dans les test hématiques.


Dans la nature les bactéries et les mycéliums nettoient (donc se nourrissent) des excrétions des animaux, présents dans les champs et les cours d’eau. Pour ceux-ci leur enzyme uréase doit se mettre à travailler pour décomposer à nouveau ces molécules d’urée pour les transformer en ammoniaque. Ceci rend le tout fétide, nous en percevons la présence et nous nous maintenons à distance. Mais l’ammoniaque fournit aux micro-organismes primitifs l’azote, très précieux pour eux, vu qu’il rend possible leur vie. Le nickel est présent dans chaque molécule d’uréase. C’est la clef de survivance des formes de vie inférieures.


Nos intestins sont toujours remplis de bactéries, mortes ou vivantes, bonnes ou mauvaises, qui se nourrissent des résidus de notre digestion, au fur et à mesure qu’elles meurent; le nickel demeure et sera collecté par leurs successeurs. L’or est recyclé de la même façon, dans le cas des salmonelles. Des micro-organismes rivaux peuvent s’impatroniser des métaux laissés par les autres. Les prions et les virus de HIV volent aux salmonelles leur or, dont elles doivent se nourrir, chaque jour, pour vivre.


C’est ainsi que, du fait que nous logeons dans notre corps d’autres créatures, nous devenons un dépôt pour tous leurs métaux naturels. Le dégât causé par le nickel, par exemple, en plus de rappeler les infections, consume notre iridium et nous fait virer en polarité Sud. Où que vous trouviez des dépôts de nickel, les nivaux d'iridium sont très bas. Une tumeur, à cause de ses accumulations de nickel, n’est pas capable de récupérer ses propres dépôts de fer et de les rendre réutilisables, car il y manque l’iridium. Et pourtant, de quelque manière, il arrive que les dépôts de ferrite (Fe2O3, forme oxydée de fer) soient débarrassés afin que la zone de la tumeur s'en retourne à une polarité Nord.


Le nickel nous fait virer à une polarité Sud. La guérison n’arrive pas à cause des bas niveaux d’iridium utilisable. Près d’une tumeur, le niveau arrive tellement bas qu’il rejoint 29 (en unités homéographiques à la dilution 1 sur 5). Normalement le niveau varie entre 80 et 90, et, chez les petits enfants, il arrive à 120.


Une fois que nous vieillissons, tous, sains ou malades, nous sommes remplis de métaux lourds. Mais ça n’est pas un assortiment hasardeux de métaux lourds. C’est toujours les métaux suivants:

  • chrome

  • nickel

  • cuivre

  • sélénium

  • cobalt

  • vanadium

  • germanium

N’est-ce pas stupéfiant que ceux-ci soient exactement les mêmes métaux décrits dans les livres précédents comme les dénominateurs communs des tumeurs?

 

En cas de cancer, maladie ou vieillesse, les métaux lourds présents dans notre corps sont toujours les mêmes: ils se sont oxydés et ils sont le résultat de résidus d’organismes morts, de nous-mêmes [nos corps] ou de nos envahisseurs. Les cellules tumorales ne sont pas capables d’inverser le processus et de le retransformer en minéraux organiques, les bonifier et les réutiliser. Même un corps sain n’arrive plus à le faire, au fur et à mesure qu’il vieillit. Nous ne gardons plus le pas avec les travaux quotidiens de nettoyage et de manutention du corps.


Le cuivre nous cause certaines taches brunes sur la peau, le cobalt nous donne mal au cœur, le vanadium et le germanium nous causent des mutations, le chrome nous cause des problème de sucre dans le sang, l’or nous cause des maladies aux ovaires et l’obésité, le nickel nous cause l'immunodépression et toujours plus d’infections, les cheveux gris, le crâne chauve et les allergies. Cependant aucune de ces choses ne semble pas être nécessaires. Elles devraient être évitables.


Les métaux sont la nourriture indispensable à nos parasites, bactéries et même aux virus et prions. Et ils fournissent le carburant à nos maladies.


La maladie, y compris le cancer, est une pathologie due aux métaux. Nous devrions arrêter d’aimer les métaux.

Dr. Clark Information Center

Partager cet article

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Nettoyages Dr Clark
commenter cet article

commentaires

AMEIL Anne 22/07/2010 11:38



Juste une question alors : est-il mauvais de prendre des oligo éléments (COBALT) Cu Or Argent...etc



La Santé Naturelle 10/01/2012 00:01



Les Oligo-Eléments extrêmement petits (comme les Catalyons) n'intoxiquent pas le corps; ils sont même ncessaires...



habares christine 28/02/2010 13:56


je suis bouche bais ,je ne comprends pas,comment notre corps peu garder des métaux aussi dangereux.je viens de confirmer une allergie au nickel,je le savais depuis quelques années puisque je ne
supportais pas les bijoux sauf en argent.j'ai 32 ans et depuis tout ce temps personne ne m'a jamais dit que nous consommions de telles quantités de métaux lourds.c'est à cause d'un
choc anaphylactique que l'on m'a dit que le nickel était peu être en cause.cela fait des années que je suis malade semaine après semaine,rien de grave mais quand même,je perds mes
cheveux,ma gorge enfle,j'ai de l'acné,mais pourquoi les médecins ne se sont pas mis la puce à l'oreille.je suis dégouttée.y a t'il des solutions,si oui les quelles?  


La Santé Naturelle 09/03/2010 09:50


Bonjour,


Oui, les métaux lourds font des ravages... et ils ne sont pas souvent soupçonnés. Heureusement des solutions
naturelles existent... La Doctoresse Clark a elle-même mis au point un Programme d'Elimination des métaux
lourds de cent jours, comportant une dizaine de produits.

Naturellement, la Doctoresse Clark - et elle n'est pas la seule! - conseille aussi de  se faire retirer, s'il y en a, tous les almagames dentaires (comportant
généralement toutes sortes de métaux toxiques), et, tant qu'à faire, aussi les dents mortes (dévitalisées).

Pour se débarrasser des métaux lourds l'on peut aussi étudier les possibilités de la chlorella extra-pure (produite en tuyaux à l'abri de l'air ambiant), du coriandre, du
petit-lait de chèvre, de la carnosine, du charbon noir super-activé, le MéthylSulfonylMéthane
(MSM), le psyllium
blond, etc Faire attention à la qualité de l'eau bue (utiliser un filtre par osmose inverse). Il est possible de savoir exactement ce
que l'on a dans le corps avec des appareils comme le syncromètre ou le physioscan.

Pour en savoir plus sur les moyens naturels pour éliminer les métaux lourds voir aussi la fort interpellante vidéo en neuf parties du Dr Klinghardt.

Il y a donc des moyens naturels efficaces de se débarrasser des métaux lourds. Une fois que l'on est convaincu, ce n'est plus qu'une question de
volonté.
Cordialement,
LSN



larvaron henri 29/12/2008 18:34

Je trouve vos propos très intéressants, ce qui manque : une attention particulière à la rédaction du texte en français, le texte est émaillé de quelques fautes.D'autre part pour les métaux il manque l'aluminium, notamment par le fait que dans les stations d'épuration, en fin de traitement de l'eau, on précipite les dernières impuretés avec des sels d'aluminiumn qui se trouvent donc dans l'eau du robinet.Bien cordialement.Henri LARVARON

La Santé Naturelle 17/06/2009 09:01



Malgré l'attention portée, il est difficile de produire, d'emblée, des documents absolument parfaits. erci de nous signaler les éventuelles coquilles que vous
pourriez constater. Nous les corrigerons bien volontiers.


Oui, nous sommes bien d'accord que l'aluminium est auss, malgré sa légèreté, un métal lourd fort présent dans les organismes (notamment à cause des
vaccinations) très important à éliminer du corps. Il figure, du reste, en bonne place, dans le programme d'élimination des métaux lourds de la Doctoresse
Clark.
Soignez-vous bien!
Cordialement,
La Santé Naturelle