Présentation

  • : La Santé Naturelle
  • La Santé Naturelle
  • : La santé naturelle
  • Contact

La Santé Naturelle

Recherche

Soigner l'âme et le corps


L'on ne peut guérir la partie sans soigner le tout.
L'on ne doit pas soigner le corps séparé de l'âme,
et pour que l'esprit et le corps retrouvent la Santé,
il faut commencer par soigner l'âme.
Car c'est une erreur fondamentale des médecins actuels
de, dès l'abord, séparer l'âme et le corps.

- Platon - 427-347av. J.C - "Les Charmides" -

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 11:52

Les sentiers de la guérison

 

Jean-Jacques Crèvecoeur

 

Le texte original a été édité  en première parution dans le trimestriel  "Vie et Soleil " N°7 (Juillet 2003)

(Trimestriel supprimé et remplacé par la Newsletter  mensuelle  gratuite envoyée par mail - pour s'y abonner  cliquez ici).

 

 

 

"Pendant très longtemps, la maladie a été considérée comme une fatalité, un coup de malchance devant lequel nous nous retrouvions impuissants. Il ne nous restait plus alors qu’à nous en remettre au pouvoir du médecin, du chamane, du praticien de la santé. Aujourd’hui, de grands chercheurs (Docteur Hamer, Professeur Beljanski, Professeur Vincent) et des thérapeutes (Docteur Sabbah, Docteur Soulier, Docteur Sellam, Christian Flèche, Jacques Martel etc.) ont démontré que la maladie entretenait des liens profonds avec nos conflits psychologiques, relationnels ou existentiels mal gérés.

Lorsque, pour la première fois (en 1990), j’ai eu connaissance des travaux du docteur Hamer, j’ai compris immédiatement qu’une révolution d’une extraordinaire importance se préparait en médecine. Une révolution aussi importante que ne l’a connu la physique dans les années 1920-1930 avec la création de la physique quantique et de la relativité générale. Pour la première fois, un cancérologue démontrait scientifiquement que toutes les maladies (sans exception) étaient déclenchées par un choc brutal vécu dans l’isolement. Pour la première fois, le développement du cancer, de la sclérose en plaques, de la fibromyalgie, de toutes les maladies connues, apparaissait comme un processus déclenché et contrôlé par le cerveau, selon des lois universelles très précises. Pour la première fois aussi, la guérison apparaissait comme certaine si l’on pouvait donner au cerveau les bonnes informations pour libérer le conflit à l’origine de ces maladies: c’est comme cela que l’on pouvait assister à une nécrose ou une dissolution des tumeurs selon un processus tout à fait prédictible.

Le raisonnement du docteur Hamer était simple: si un choc conflictuel était à l’origine du déclenchement de la maladie, la résolution du conflit amenait le cerveau à donner l’ordre de faire disparaître la maladie et de ramener l’organisme à l’équilibre. C’est ainsi que de nombreux cas de guérison «spontanée» de maladies réputées incurables ont été rapportés par le docteur Hamer et ses successeurs. Ces découvertes ont suscité un engouement réel chez les thérapeutes et dans le grand public. Je suis, depuis très longtemps, un des fervents diffuseurs de ces informations dans le grand public. Pourtant, aujourd’hui, je suis forcé d’émettre de sérieuses réserves sur la manière dont les processus de guérison sont accompagnés dans la ligne de la Médecine Nouvelle du Docteur Hamer.

En effet, il est très simple de guérir d’un cancer quand on peut réparer extérieurement l’événement qui l’a déclenché. Par exemple, j’ai perdu mon emploi brutalement, je ne m’y attendais pas; je me sens, du coup, dévalorisé et je déclenche un cancer des os. Je parviens à retrouver un emploi, où je suis mieux considéré. Mon conflit de dévalorisation est résolu. Mon cancer des os disparaît. Mais comment faire lorsque l’événement extérieur qui a déclenché mon cancer, ma maladie ne peut être réparé, changé, modifié? Il ne suffit pas, malheureusement, de lancer à la tête du patient le décodage biologique de son conflit. Je connais tellement de gens morts de leur maladie, malgré le fait qu’ils avaient tout décodé, tout compris, tout entendu. La prise de conscience n’était que mentale, intellectuelle. Aucun travail émotionnel n’avait été effectué. Aucun soutien n’avait été apporté pour que le patient prenne soin de ses besoins, gère ses émotions ou pose des actes pour se respecter et se faire respecter. Et que dire de ces patients qui, malgré la disparition de l’événement déclencheur, ne parviennent pas à lâcher leur conflit, à pardonner, à transmuter leur souffrance en un enseignement enrichissant?

Malgré une avancée extraordinaire sur le plan théorique, je suis obligé de constater que tout reste à faire au niveau de la méthodologie thérapeutique. Je suis personnellement inquiet de voir tous ces gens pleins de bonne volonté, ayant suivi une formation en décodage biologique, se lancer directement comme thérapeutes, sans connaissance médicale ou physiologique, sans expérience de l’accompagnement psychologique, sans formation thérapeutique. Accompagner quelqu’un sur son chemin de guérison nécessite un énorme bagage théorique et une vaste culture générale. Cela suppose aussi une connaissance et une pratique des processus permettant au patient de retrouver son équilibre vital, d’aller puiser dans son propre potentiel de guérison et d’échapper à tous les pièges inconscients qui jalonnent son parcours vers la santé.

Je suis formateur depuis 1989. J’ai formé des milliers de personnes aux techniques leur permettant de sortir des phénomènes de pouvoir et de dépendance, dans leur relation à eux-mêmes et aux autres. J’ai également formé des formateurs et des thérapeutes. J’ai toujours été attentif à la responsabilité que je porte en formant des personnes: cette responsabilité consiste à les avertir et les rendre conscientes de leurs limites. Elle consiste aussi à leur transmettre et leur faire travailler des outils méthodologiques opérationnels pour qu’ils pratiquent leur métier avec méthode et efficacité. Donner des informations sur le décodage des conflits et des maladies est important certes, mais totalement insuffisant. C’est même dangereux, car cela entretient la croyance qu’il suffit de dire au patient dans quelle case du tableau il se trouve pour qu’il bascule! Ce message relève du mythe et me paraît aussi irresponsable que ne l’est le raisonnement de la médecine classique qui pense qu’il suffit de bombarder la maladie pour soigner et guérir le patient… Cet article, je l’adresse à tous ceux qui veulent faire avancer la médecine nouvelle et la biologie totale: si nous ne voulons pas discréditer cette formidable avancée dans la compréhension et le traitement des maladies, si nous ne voulons pas donner tous les bons arguments à ceux qui cherchent à arrêter ce mouvement, de grâce, ne faisons plus n’importe quoi avec n’importe qui, dans n’importe quelle condition. Il y va de la vie des patients et de l’avenir de la Médecine Nouvelle.
"


Jean-Jacques Crèvecœur

Auteur de «Le langage de la guérison» aux éditions Jouvence

 

 

(°) Le Dr Hamer a pu démontrer la fiabilité de ses recherches, d'après les règles scientifiques de reproductivité, les 8 et 9 septembre 1998, à l’Institut de Cancérologie de l’Hôpital Élisabeth de Bratislava et dans le service de Cancérologie de l’Hôpital de Trnavska [Ndlr :située à Trnava]. Sept cas de patients avec au total plus de vingt maladies ont été étudiés en présence du Pro-Recteur de l’Université de Trnavska [Ndlr: située à Trnava], du Doyen de la Faculté de soins et de Sociologie de l’Université de Trnavska [Ndlr: située à Trnava] et de dix Maîtres de Conférence et de Professeurs. Dans cette hypothèse, toute pathologie relève d’un processus d’adaptation — en permanence sous le contrôle du cerveau — à une situation de stress dramatique (lu sur le site du Dr A. Scohy).

Plus près de chez nous et huit ans avant, des médecins, scientifiques ... ont signé le protocole de la conférence des médecins des 12 et 13 mail 1990 à Namur (Belgique)  ils attestent par leur signature que la Loi d'Airain du Cancer (du Dr Hamer) a été vérifiée sur les trois niveaux: psychique, cérébral et organique.

Mais ne pas oublier non plus, qu'au moment ou Hamer commençait ses recherches, le Pr Henri Laborit démontrait scientifiquement l'origine psychique des maladies (cf. L'inhibition de l'action).

 

Texte original édité initialement dans le trimestriel  "Vie et Soleil " N°7 (Juillet 2003) (parution supprimée et remplacée par la newsletter mensuelle gratuite envoyée par mail  (pour s'y abonner  cliquez ici).



Partager cet article

Repost 0
Published by La Santé Naturelle - dans Médecine Nouvelle
commenter cet article

commentaires